Economie

Google ou Microsoft?: Le premier menace de quitter l’Australie et le second de le remplacer

Google a menacé fin janvier de retirer son moteur de recherche en Australie si le gouvernement allait de l’avant avec son projet de faire payer les géants de la technologie pour le contenu des nouvelles. Microsoft a proposé de le remplacer.

Le gouvernement australien a trouvé un plan alternatif, au cas où la multinationale américaine Google mettrait à exécution sa menace de quitter le pays: il espère que son rival Microsoft sera en mesure de combler ce vide.

La filiale Alphabet Inc. a déclaré qu’elle couperait l’accès à ses moteurs de recherche dans ce pays si le Premier ministre Scott Morrison allait de l’avant avec son idée de lui faire payer les entreprises de médias locales pour utiliser le contenu qu’elle tire des sites d’information pour le proposer. à ses utilisateurs.

« Ce sont de grandes entreprises technologiques et ce qui est important pour l’Australie, je pense, c’est que nous établissions les bonnes règles pour notre peuple », a déclaré Morrison au National Press Club of Australia le 1er février, présentant un scénario hypothétique pour que Google suspende son moteur de recherche.

Ce jeudi 4 février, après une rencontre virtuelle avec Sundar Pichai, le directeur exécutif d’Alphabet, pour discuter du projet de loi présenté au Parlement en décembre, le président australien a déclaré que le dialogue était « constructif ».

Les grandes entreprises technologiques estiment qu’elles subiront des coûts «non viables»

Le projet établit un code de conduite obligatoire qui impliquerait des coûts jugés « irréalisables » par Google, qui, comme dans de nombreux autres pays, domine les recherches sur Internet en Australie, avec une participation d’environ 95%.

Bien que Bing de Microsoft soit le deuxième moteur de recherche le plus populaire d’Australie, il ne détient qu’une part de marché de 3,6%, selon le service d’analyse Web Statcounter.

Facebook s’oppose également aux règles à imposer et a menacé de supprimer les informations de son site Internet en Australie.

Et même s’il n’est pas prévu de faire payer les petits moteurs de recherche comme Bing pour relier les utilisateurs aux actualités australiennes, le gouvernement n’a pas exclu cette option.

Avec AP et Reuters

gestioninclusive@gmail.com