Economie

Par pays : lesquels améliorent et lesquels détériorent les prévisions, selon la Banque mondiale ?

La Banque mondiale (BM) a abaissé mardi la prévision de croissance mondiale à 2,9% pour 2022, tandis que les perspectives pour l’Amérique latine et les Caraïbes sont restées presque intactes à 2,5%. Cependant, le tableau est désormais plus sombre pour certains pays.

Que les perspectives de croissance de la Banque mondiale pour cette année n’aient pas beaucoup changé par rapport au rapport de janvier est un luxe que l’Amérique latine et les Caraïbes peuvent se permettre en moyenne. Mais ce n’est pas le cas si vous regardez chaque pays en particulier.

Des pays comme le Pérou, le Chili et surtout le Mexique ont vu leurs prévisions pour cette année revues à la baisse par l’organisation multilatérale, qui a également brossé un tableau sombre de l’économie mondiale et table sur une croissance non plus de 4,1% en 2022, mais de 2,9%.

D’autres pays de la région sont vus avec des yeux plus optimistes : la Colombie, l’Argentine, la Bolivie, l’Équateur et le Brésil atteindraient des taux de croissance plus élevés que prévu en janvier, lorsque la Banque mondiale a publié son précédent rapport sans aucune indication que la Russie envahirait l’Ukraine.

Cependant, une baisse des exportations, associée à une faible demande intérieure, pourrait pousser certaines des grandes économies de la région vers la récession, selon le rapport.

Le Mexique, pays dans lequel la Banque mondiale a le plus abaissé ses prévisions

Le principal risque pointé par la Banque mondiale pour l’Amérique latine et les Caraïbes est un éventuel impact sur les exportations et les investissements en raison de la baisse de la croissance dans le reste du monde.

Les craintes viennent surtout de pays comme la Chine (principale destination commerciale des produits sud-américains) et les États-Unis (qui entretiennent des liens étroits avec les économies mexicaine et centraméricaine).

En janvier de cette année, l’agence s’attendait à une croissance de 3 % de l’économie mexicaine, mais a maintenant abaissé sa projection à 1,7 % en 2022 et 1,9 % en 2023, « en raison de politiques monétaires plus restrictives, d’une inflation élevée, de l’incertitude politique et du ralentissement de la croissance ». aux États-Unis ont des répercussions sur l’économie.

De même, l’économie brésilienne devrait croître de 1,5 % en 2022 et l’Argentine de 4,5 %, mais avec un œil sur l’accélération rapide de l’inflation.


Banque mondiale
Banque mondiale ©France 24

La Banque mondiale a considérablement réduit les prévisions de croissance économique régionale pour 2023, qui en janvier étaient de 2,7 % et maintenant de 1,9 %.

La guerra en Ucrania es una de las principales amenazas para las economías latinoamericanas, dada su dependencia de los fertilizantes rusos y bielorrusos para el campo, por lo que una hipotética situación de escasez de fertilizantes empeoraría las cosechas, aumentaría el precio de los alimentos y dispararía la pauvreté.

Avec Reuters et EFE