Sport

frustrant match nul de l’Espagne contre la Suède et victoires de la Slovaquie et de la République tchèque

Lors de la première à Séville, l’Espagne a perdu plusieurs fois en première mi-temps et a joué le premier match nul et vierge du tournoi contre la Suède. La Slovaquie a surpris et battu équitablement la Pologne de Robert Lewandowski. Et la République tchèque, avec Patrik Schick en grande figure, a battu l’Ecosse 2-0, qui revenait à un championnat d’Europe après 25 ans.

Dans le duel le plus marquant du lundi 14 juin au Championnat d’Europe, une Espagne loin de sa meilleure version a fait match nul 0-0 contre la Suède au stade La Cartuja de Séville. Ceux dirigés par Luis Enrique se sont habitués à ce résultat, puisque cinq de leurs huit derniers matchs se sont soldés par une égalité. Et cette équipe espagnole renouvelée a répété des signes inquiétants dans les deux domaines : elle a encore une fois montré son faible score et son insécurité en défense.

Álvaro Morata était le « méchant » de son équipe. Il a raté une nette occasion de marquer à la 37e minute, lorsqu’une bourde de Marcus Danielson a permis à l’attaquant de la Juventus d’ouvrir le score, mais son tir était très imprécis.

Au début de la seconde mi-temps, l’attaquant a de nouveau raté une occasion et à la minute 66 a été remplacé, sous une majorité de sifflets. Cependant, après le match, il a reçu le soutien de l’entraîneur espagnol, Luis Enrique : « Morata a joué un très bon match, à l’exception de ce que nous voulons tous, le premier, pour matérialiser les occasions. Rien ne se passe. Il est habitué à Mais ce n’est pas agréable. Ce serait beaucoup plus agréable pour tout le monde d’être soutenu. »

La réaction d'Álvaro Morata après sa performance lors du match d'aujourd'hui contre la Suède
La réaction d’Álvaro Morata après sa performance lors du match d’aujourd’hui contre la Suède © EFE / EPA / Thanassis Stavrakis

À la 89e minute, il y avait une autre chance de marquer pour les Espagnols, mais Robin Olsen – qui en première mi-temps a noyé une tête claire de Dani Olmo – a arrêté la tête de Gerard Moreno. De plus, la belle performance de Victor Lindelöf, défenseur central suédois et meilleur joueur du match, a également beaucoup à voir avec le but invaincu des Scandinaves.

Pour la Suède, Alexander Isak et Marcus Berg ont réussi à marquer, mais, comme les attaquants espagnols, ils ont été imprécis face au but. Le mauvais état de l’herbe a également rendu certaines définitions difficiles.

En Espagne, l’expérimenté Koke s’est démarqué, qui a montré toute sa hiérarchie et sa capacité à diriger au milieu de terrain, ainsi que le rookie Pedri, qui a non seulement marqué l’histoire en étant le plus jeune Espagnol à débuter dans un Championnat d’Europe à 18 ans et 201 jours, plutôt, il a montré beaucoup de personnalité et un bon niveau de jeu.

Les deux équipes chercheront leur première victoire lors des prochains matches du Groupe E : la Suède affrontera la Slovaquie le vendredi 18 juin, tandis que l’Espagne affrontera la Pologne le samedi 19 juin.

La Slovaquie frappe avec une victoire équitable sur la Pologne

La Slovaquie a débuté par une victoire 2-1 contre la Pologne au stade Krestovski de Saint-Pétersbourg et se classe en tête du groupe E. Un résultat qui, dans le précédent, pouvait être considéré comme surprenant, mais que ceux menés par Štefan Tarkovič justifiaient dans le terrain de jeu.

Les buts slovaques sont venus grâce à un but contre son camp du gardien polonais Wojciech Szczęsny et un tir imparable de Milan Škriniar, tandis que Karol Linetty a égalisé provisoirement au début de la seconde mi-temps.

L’une des clés de la victoire de la Slovaquie a été la neutralisation de l’attaquant polonais Robert Lewandowski du Bayern Munich, ainsi que l’expulsion de Grzegorz Krychowiak, ce qui a permis à la Slovaquie d’avoir un homme de plus lors de la dernière demi-heure.

Si les Polonais avaient une plus grande possession du ballon, les Slovaques étaient plus fins face au but. Le premier but est intervenu à la 18e minute, après un tir de Róbert Mak qui a touché le poteau droit mais a rebondi sur le corps de Szczęsny et est entré, pour lequel il a été considéré comme un but contre son camp.

La Pologne a créé l’égalité à la 46e minute, après un centre de Maciej Rybus à Linetty, qui a touché du pied gauche. Mais à la 62e minute, l’expulsion de Krychowiak, après avoir écopé de son deuxième carton jaune, a conditionné son équipe.

Cependant, après le match, le sélectionneur polonais a eu pitié de son manager : « Je ne vais pas crucifier Krychowiak ni aucun joueur. Il faut le soutenir ».

La Slovaquie a profité de l’expulsion et, à la 69e minute, a pris la tête du tableau d’affichage. Le but est intervenu après un corner qui s’est soldé par un excellent contrôle du ballon, suivi d’un tir puissant du défenseur de l’Inter Milan Milan Škriniar.

Après le match, dans une interview accordée à la chaîne polonaise TVP, Lewandowski a laissé entendre que ce serait une route difficile pour son équipe. « J’espère que contre l’Espagne, si nous parvenons à améliorer ce qui n’a pas fonctionné aujourd’hui, nous serons meilleurs, mais le rival sera d’un niveau supérieur. Nous devons garder à l’esprit, contre l’Espagne, que dans un tournoi comme l’Eurocup n’importe quoi peut arriver », a-t-il déclaré. .

Les joueurs slovaques célèbrent leur première victoire en Coupe d'Europe contre la Pologne
Les joueurs slovaques célèbrent leur première victoire en Coupe d’Europe contre la Pologne © EFE / EPA / Lars Baron

La République tchèque frustre l’Écosse avec une journée brillante de Patrik Schick

Dans l’autre match de la journée, la République tchèque a battu l’Ecosse 2-0 à l’issue de la première date du Groupe D. A Hampden Park à Glasgow, exultant du retour de l’Ecosse en Championnat d’Europe après 25 ans, elle a brillé l’attaquant tchèque Patrik Schick, auteur des deux buts, l’un d’entre eux qui peut désormais être considéré comme l’un des meilleurs du tournoi.

Au début, les Ecossais étaient plus dominants, enthousiastes quant à leur retour à la compétition. Cependant, le but de l’attaquant du Bayer Leverkusen de l’Allemagne viendrait à la 42e minute pour gâcher la fête des locaux. L’ailier Vladimir Coufal a centré le ballon jusqu’au point de penalty et Schick a répondu d’une tête pour ouvrir le score.

Le deuxième but est survenu à la 51e minute, lorsque Schick a profité d’un ballon lâche et a exécuté un tir puissant et précis du milieu du terrain pour laisser le gardien David Marshall sans options. Le tir à 49 mètres du but est devenu le but marqué de la plus longue distance de l’histoire du Championnat d’Europe.

Malgré le résultat défavorable, les habitants ont continué à pousser. L’entraîneur Steve Clarke a fait de même en cherchant des remplaçants sur le banc avec l’intention d’attaquer davantage, mais au-delà de mériter quelque chose de plus, l’Écosse est repartie les mains vides.

Andrew Robertson a commandé les meilleures interventions pour son équipe, mais le gardien exceptionnel de Séville, Tomas Vaclik, a été précis pour éviter le but rival. L’équipe de Liverpool a été déçue par le résultat et a déclaré dans ses déclarations qu’« il est difficile d’expliquer maintenant ce qui s’est passé. » « Tout le monde dans le pays voulait prendre un bon départ. Nous étions confiants, excités, et tout se résume à ne pas assez risquer », a-t-il déclaré.

Jaroslav Silhavy, sélectionneur de la République tchèque a exprimé des propos très différents : « Je suis soulagé pour le prochain match. Ce sera important, bien sûr. Mais si on n’avait pas gagné celui-ci, c’était difficile dans les suivants. Tout n’est pas fait mais nous sommes proches de la qualification. »

Avec ce résultat, les Tchèques se partagent la première place du groupe D avec 3 points et affronteront la Croatie à la prochaine date. L’Ecosse, sans points, tentera de taper la balle dans le classique face à l’autre leader de la surface, l’Angleterre.

gestioninclusive@gmail.com