Première modification:

Dans une étape de haute montagne difficile marquée par une cassure de 17 coureurs, le Colombien d'EF Pro Cycling s'est imposé au Puy-Mary. C'est le premier triomphe d'un latino-américain sur le Tour 2020. Au classement général, les Slovènes Primoz Roglic et Tadej Pogacar ont une nouvelle fois démontré leur supériorité. Ils occupent désormais les deux premières positions suivies de quatre Colombiens. Mais Egan Bernal, Nairo Quintana, Rigoberto Urán et Miguel Ángel López ont perdu du temps.

A l'issue de l'étape 13, la Colombie navigue entre des sensations contradictoires. D'une part, il a hâte de célébrer. De l'autre, elle est inquiète. La bonne nouvelle du jour: Daniel Felipe Martínez (EF Pro Cycling) a offert au pays andin une spectaculaire victoire d'étape. Dans un parcours très exigeant avec sept prix de la montagne, le jeune homme de Soacha a confirmé que sa victoire au Critérium del Dauphiné n'était pas un hasard. Sa chute lors de la deuxième étape du Tour avait emporté ses ambitions pour le classement général. Il a donc changé ses objectifs pour tenter de gagner des étapes.

Aujourd'hui, il l'a fait et de quelle manière. Dans le haut de gamme du Puy-Mary, il a dépassé les Allemands Lennard Kämna et Maximilian Schachmann, tous deux de l'équipe Bora-Hansgrohe.

Tous les trois s'étaient échappés dans la première partie du parcours avec 14 coureurs, dont le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step). Dans ce groupe, aucun coureur n'était dans le top 20 du général, ils ont donc réussi à faire une grosse différence sur le lot principal de plus de 9 minutes.

La Colombie a dépassé l'Allemagne pour la victoire d'étape

Le Colombien a dû affronter le duo Schachmann et Kämna. Maximilian Schachmann a lancé son attaque sur l'avant-dernière ascension de la journée, le col de Neronne. Il a fait une différence d'une minute sur ses compagnons évadés. A 13 kilomètres de la ligne d'arrivée, Daniel Martínez contre-attaque, accompagné de Lennard Kämna. Les deux hommes ont rattrapé Schachmann à moins de deux kilomètres de l'arrivée. Lennard a tenté de vaincre Martinez, mais le Colombien avait de meilleures jambes dans ces pourcentages supérieurs à 10%.

Une joie tempérée par ce qui s'est passé dans le groupe des favoris du général. Les Colombiens ont perdu du temps sur les Slovènes Primoz Roglic (Jumbo-Visma) et Tadej Pogacar (UAE Team Emirates).

La Slovénie accentue sa domination au général et les Colombiens et les Français sont retardés

Comme lors des précédentes étapes de montagne, Tadej Pogacar et Primoz Roglic étaient les plus forts du groupe des favoris. Pogacar, le joueur de 21 ans qui dispute son premier Tour de France, a lancé les hostilités sur la dernière difficulté de la journée. Le seul qui pouvait suivre était son compatriote Primoz Roglic, leader du classement général. Le duo slovène a marqué d'importantes différences par rapport aux autres favoris.

Miguel Ángel López (Astana) est arrivé 16 secondes après Roglic. Egan Bernal et Rigoberto Urán ont perdu 38 secondes et Nairo Quintana 40.

Ils n'étaient pas les seuls à perdre du temps ce vendredi. Les Français Guillaume Martin (Cofidis) et Romain Bardet (AG2R-La Mondiale), qui avant cette étape occupaient les positions 3 et 4 du classement général, sortent du top 10. Bardet et Nairo Quintana ont été impliqués dans une chute à 90 kilomètres du but.

Egalement victime de cette chute, le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segafredo), classé 13e au général, a dû partir.

Quatre Colombiens dans le top six du classement général

Les données sont historiques. Quatre Colombiens sont dans les six premiers du classement général. Egan Bernal (troisième à 59 "), Rigoberto Urán (quatrième à 1'10"), Nairo Quintana (cinquième à 1'12 ") et Miguel Ángel López (sixième, à 1'31"). Ce qui confirme la puissance du cyclisme colombien mais a une saveur douce-amère. Aujourd'hui, tout le monde a perdu du temps et Tadej Pogacar a récupéré le meilleur maillot de la jeunesse d'Egan Bernal. Une journée difficile qui doit être relativisée.

Après le triomphe d'Egan Bernal l'an dernier, les ambitions sont si élevées que la troisième place pour un Colombien pourrait être considérée comme une déception. En réalité, si ces quatre coureurs arrivaient à Paris dans le top 10, ils réécriraient l'histoire. Il reste huit étapes à parcourir et il reste encore beaucoup de course pour déterminer le classement général.

Pour l'étape 14 ce samedi 12 septembre, les coureurs retraceront 191 kilomètres entre Clermont-Ferrand et Lyon. Le parcours prétendument plat compte cinq prix de montagne. Un profil qui devrait permettre à une envolée d'aventuriers de se battre pour la victoire.

Notre guide de TDF 2020.
Notre guide de TDF 2020. © France 24