Première modification: Dernière modification:

La tension entre la Turquie et la France s'est intensifiée avec les nouvelles déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan de boycotter les produits français, une action qui a émergé dans différentes parties du monde musulman à la suite de la republication des caricatures du prophète Mahomet. Les alliés européens ont jugé les propos d'Ankara "diffamatoires" et ont déclaré leur soutien à la France "pour la liberté d'expression et contre l'extrémisme et le radicalisme".

Le 26 octobre, le président Erdogan a demandé à ses citoyens de cesser d'acheter des produits français, l'une des dernières expressions de rejet par le monde musulman pour la publication en France de caricatures du prophète Mahomet, qualifiées de blasphèmes par les musulmans.

"Depuis qu'ils ont demandé à ne pas acheter de produits turcs, j'appelle mon peuple: à ne pas acheter de produits français", a déclaré Erdogan lors d'un discours diffusé en direct sur 'NTV'. Cependant, il n'y a aucune trace d'un appel similaire contre des produits turcs en territoire gaulois.

Cet appel au boycott intervient dans un contexte marqué par la mobilisation des musulmans dans plusieurs pays du Moyen-Orient pour arrêter de consommer des produits français en réponse à la volonté déclarée de Paris de soutenir la publication de caricatures du prophète Mahomet au nom de la liberté d'expression. .

Au Koweït, un supermarché a rappelé les produits de la marque française L'Oréal de ses rayons cosmétiques après que la coopérative à laquelle appartenait le magasin en ait décidé ainsi.

Des citoyens irakiens crient des slogans lors d'une manifestation contre les publications d'un dessin animé du prophète Mahomet en France et les commentaires du président français Emmanuel Macron devant l'ambassade de France à Bagdad, en Irak, le 26 octobre 2020.
Des citoyens irakiens crient des slogans lors d'une manifestation contre les publications d'un dessin animé du prophète Mahomet en France et les commentaires du président français Emmanuel Macron devant l'ambassade de France à Bagdad, en Irak, le 26 octobre 2020. © Teba Sadiq / Reuters

Pendant ce temps, en Arabie Saoudite, l'appel au boycott de la chaîne française de supermarchés Carrefour est devenu une tendance sur les réseaux sociaux ces dernières heures. Cependant, l'agence de presse Reuters souligne que plusieurs de ces établissements semblaient fonctionner à leur capacité habituelle ce lundi matin.

Bien que l'impact que ce boycott pourrait entraîner soit inconnu, certaines marques françaises commencent à en craindre les conséquences car de nombreuses entreprises opèrent sur des marchés à majorité musulmane à travers le monde. La Turquie, par exemple, est l'un des principaux marchés automobiles français.

"Bien sûr, c'est une mauvaise nouvelle pour les entreprises qui y sont présentes", a déclaré à Reuters Geoffroy Roux de Bezieux, chef de la principale fédération patronale française, dans une interview à la radio RMC.

Les caricatures de Muhammad, au centre de la polémique

La tension entre la France et le monde musulman s'inscrit dans le contexte du meurtre du 16 octobre devant une école en France, au cours duquel un homme radicalisé de 18 ans a décapité le professeur Samuel Paty, qui dans une classe sur la liberté de L'expression montrait à ses étudiants des caricatures du prophète Muhammad.

Les dessins ont été publiés il y a des années dans le magazine satirique «Charlie Hebdo», dont le bureau a subi une attaque en 2015 dans laquelle 12 personnes sont mortes. Depuis la mort de Paty, les caricatures ont été exposées dans diverses manifestations et manifestations en faveur de la liberté d'expression.

Emmanuel Macron: "Vendredi, Samuel Paty est devenu le visage de la République"

Suite aux événements, le président français a assuré qu'il redoublerait d'efforts pour empêcher les croyances islamiques conservatrices de saper les valeurs françaises. Sa position a alimenté la colère dans de nombreux pays musulmans qui rejettent la publication des dessins.

"Nous n'abandonnerons jamais. Nous respectons toutes les différences dans un esprit de paix. Nous n'acceptons pas les discours de haine et défendons un débat raisonnable. Nous serons toujours du côté de la dignité humaine et des valeurs universelles", a déclaré le président dans un tweet.

Erdogan accuse Macron de mener une "campagne de haine" et l'Europe resserre les rangs autour de la France

Ce lundi, le président turc a également appelé les pays de l'Union européenne et a exhorté leurs dirigeants à arrêter ce qu'il considérait comme "une campagne de haine" contre les musulmans "menée" par Macron.

Ces derniers jours, Erdogan s'est interrogé sur l'état de santé mentale du président français, incitant Paris à appeler pour consulter son ambassadeur à Ankara. "Quel est le problème de cette personne appelée Macron avec les musulmans et l'islam? Macron a besoin d'un traitement au niveau mental", a déclaré le dirigeant turc.

Suite à ces déclarations, plusieurs pays de l'Union européenne ont resserré les rangs autour de la France. La chancelière allemande Angela Merkel a qualifié les propos du président turc de "diffamatoires" et le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a rejeté les attaques personnelles.

Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a dénoncé les déclarations "inacceptables" du président turc contre son homologue français.

Pour sa part, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré que "les Pays-Bas soutiennent fermement la France et les valeurs collectives de l'Union européenne. Pour la liberté d'expression et contre l'extrémisme et le radicalisme".

Avec Reuters, AFP et EFE