Economie

Diosdado Cabello c. «  El Nacional  » du Venezuela: une impulsion devant les tribunaux de 13 millions de dollars

Le numéro deux de Chavismo a assuré qu’il « exécutera » les avoirs du journal d’opposition, s’il ne lui versera pas une indemnité pour « préjudice moral » ordonné par la Cour suprême de justice (TSJ).

C’est une bataille juridique de 13 millions de dollars entre le deuxième chef chaviste et le seul des grands journaux d’opposition qui survit au Venezuela. Cependant, certains y voient la menace d’une «extermination» définitive de la presse libre dans ce pays sud-américain.

La Cour suprême de justice (TSJ) a ordonné, vendredi 16 avril 2021, le versement d’une indemnité millionnaire du journal vénézuélien à Diosdado Cabello, député de l’Assemblée nationale et vice-président du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) pour dégâts.

Après qu’un des avocats du média, passé au numérique il y a un peu plus de deux ans, ait assuré qu’il n’avait pas les moyens de payer, le numéro deux réputé du Chavisme a prévenu qu’il pourrait confisquer son siège.

«Si vous ne payez pas en espèces, nous devons exécuter les actifs pour compenser les dommages parce que j’ai de la moralité», a déclaré Cabello lors de son émission hebdomadaire «Con el mazo give», diffusée par la chaîne de télévision nationale vénézuélienne. (VTV).

Six ans de différend juridique entre Diosdado Cabello et ‘El Nacional’

Le désordre remonte à août 2015, lorsque Cabello a poursuivi le journal après avoir répliqué des informations du journal espagnol ABC, qui indiquait que le dirigeant chaviste faisait l’objet d’une enquête des États-Unis pour des liens présumés avec le trafic de drogue.

Six ans plus tard, la Cour suprême a condamné les médias à payer 237000 petros, une monnaie numérique lancée par le président Nicolás Maduro en 2018 liée au prix du pétrole. La valeur actuelle du petro est de 56 dollars, selon la Banque centrale du Venezuela.

«El Nacional» appartient en partie au journaliste vénézuélien Miguel Henrique Otero et à d’autres proches de son défunt père, Miguel Otero Silva, l’un des écrivains les plus célèbres du Venezuela.

Le chef chaviste a déclaré que s’il recevait les ressources, il les utiliserait pour acheter des vaccins contre Covid-19 et construire «une école pour enfants spéciaux».

Sinon, s’il s’agit de l’exécution des biens du journal, le bâtiment a déjà une destination: « si les tribunaux le jugent ainsi (…) je signerai immédiatement pour que ce bâtiment devienne le siège de l’université des communications ».

« C’est la fin de la presse libre »

Une fois la décision connue, ‘El Nacional’ l’a qualifiée de « persécution politique » et a averti que Cabello a « l’intention de perpétrer une expropriation déguisée par laquelle il deviendrait le propriétaire et l’éditeur de ce média historique ».

Les opposants au gouvernement de Maduro l’accusent d’utiliser le système judiciaire pour faire taire ses détracteurs dans les médias. La section de Caracas du Collège national des journalistes du Venezuela a décrit la décision de samedi comme « un pas de plus vers la liquidation de la liberté d’expression au Venezuela ».

L’ancienne députée de l’opposition, Sonia Medina, a dénoncé, pour sa part, la «disparition» des entreprises de communication, «l’étranglement du peu de liberté d’expression, les menaces publiques contre les médias et les travailleurs, l’utilisation d’explosifs dans les sièges des médias, les explosions de concessions, vol d’équipement et sanctions pécuniaires « .

Avec EFE et Reuters

gestioninclusive@gmail.com