Sport

Le Barça et le Real Madrid maintiennent la Superliga tandis que la Liga, en Espagne, rejette l’initiative

Malgré le fait que la plupart des équipes fondatrices de la Super League européenne de football se soient retirées, les présidents du Real Madrid et de Barcelone continuent de soutenir l’initiative, bien que dans le cas des Blaugrana, Joan Laporta ait laissé la décision finale entre les mains de les partenaires. De leur côté, 39 clubs de la Liga, appartenant aux deux plus grandes divisions de la ligue d’Espagne, ont rejeté le format du tournoi.

Le FC Barcelone et le Real Madrid sont présentés comme de fervents rivaux sur le plan sportif, mais en dehors du terrain, la situation change et leurs dirigeants se sont mutuellement soutenus pour sauver le projet de la Super League européenne de football.

Le 22 avril, quatre jours après avoir annoncé le lancement du tournoi et pendant lequel de nombreuses équipes ont décidé de se retirer de l’initiative, Joan Laporta, président du FC Barcelone, a précisé qu’avec les «  meringues  », elles restent dans le tournoi.

Cependant, comme l’a annoncé le groupe «Seguiment FCB» il y a quelques jours, la décision finale de participer ou non à la compétition dépendra des membres.

«Nous avons une position de prudence. C’est une nécessité, mais les partenaires auront le dernier mot », a déclaré Laporta.

Laporta, devenu en mars président du club pour une deuxième étape à la tête de l’institution, a défendu la nécessité de mettre en place une compétition qui permette d’augmenter les revenus des clubs touchés par la pandémie.

« Il est absolument nécessaire que les grands clubs aient d’une manière ou d’une autre la capacité d’exprimer notre opinion dans la répartition des revenus. Et cela doit s’accompagner d’une compétition sportive attractive, basée sur des mérites sportifs », a déclaré Laporta dans des déclarations à TV3 citées. par l’agence EFE.

Florentino Pérez: « Nous voulons sauver le football »

Les déclarations de Laporta sont présentées quelques heures après que le président du Real Madrid, et l’un des principaux promoteurs de la Superliga, Florentino Pérez, a fait une apparition publique au milieu de l’émission «  El Larguero  » de la chaîne espagnole SER où, entre autres, il a souligné que la Super League était en «stand by».

Florentino Pérez, président du Real Madrid, arrive dans une station de radio à Madrid, en Espagne, le 21 avril 2021.
Florentino Pérez, président du Real Madrid, arrive dans une station de radio à Madrid, en Espagne, le 21 avril 2021. © Sergio Pérez / Reuters

« Le projet est en Etre prêt, la moitié du groupe part parce qu’ils sont fatigués après ce qu’ils ont entendu au cours des dernières 24 heures (…) La Juventus n’est pas partie, nous sommes tous ensemble et Barcelone réfléchit à ce que nous pouvons faire », a déclaré Pérez lors de l’entretien accordé à tenue le 21 avril.

Dans ses déclarations, Pérez a défendu l’argument en faveur de la création de la Super League comme instrument de reprise économique face à la perte d’argent des grands clubs. En revanche, il a remis en question la position du président de l’UEFA, Aleksander Ceferin, après avoir pris connaissance de l’initiative.

« Je n’ai jamais vu autant d’agressivité de la part du président de l’UEFA et de certains présidents au sein des ligues. C’était comme quelque chose d’orchestré, cela nous a tous surpris », a déclaré Pérez, qui a ajouté qu’au sein des clubs anglais fondateurs de l’initiative « il y avait celui dont il n’était pas très convaincu », sans donner plus de détails.

Les clubs espagnols, non invités à la Super League, rejettent leur création

39 clubs de football en Espagne, qui font partie de la Liga, ont publié une déclaration dans laquelle, en plus de rejeter la Super League, ils ont clairement exprimé leur position concernant la ligue fermée, un format dans lequel un certain nombre d’équipes garantiraient leur présence en le tournoi, notant que « c’est irréalisable et indésirable ».

« Les clubs présents ont unanimement et vigoureusement rejeté les projets de création de cette compétition. Tous les clubs croient fermement au mérite sportif comme seul critère pour se qualifier pour les compétitions internationales de clubs à travers les ligues nationales respectives », lit-on dans le communiqué.

De son côté, Javier Tebas, président de la Liga, lors d’une apparition publique le 22 avril, a évité de parler de sanctions par l’instance pour les clubs qui font partie de la Superliga et a limité son commentaire à « ils ont déjà été sanctionnés par leurs fans. . et avec mépris pour le football européen. « 

« Ne courons pas avec la question des sanctions, tout le monde veut sanctionner et se couper la tête, ils devront avoir leur procédure. Nous allons attendre. Le plus important est ce qui s’est passé », a déclaré Tebas.

En revanche, le slovène Aleksander Ceferin, président de l’UEFA, en réponse aux commentaires de Florentino Pérez sur les pertes économiques dans les clubs, a souligné qu’ils avaient perdu de l’argent non pas à cause de la pandémie, mais à cause de leur mauvaise gestion.

Aleksander Ceferin, lors de sa présentation au Congrès ordinaire de l'UEFA à Montreux, en Suisse, le 20 avril 2021.
Aleksander Ceferin, lors de sa présentation au Congrès ordinaire de l’UEFA à Montreux, en Suisse, le 20 avril 2021. © Richard Juilliart / UEFA / Reuters

« Je pourrais en dire plus sur ce que Florentino Pérez a dit auparavant: les clubs ont des pertes, mais c’est en partie parce qu’ils sont mal gérés. Si vous surpayez les joueurs, les joueurs inadéquats et, par conséquent, n’obtenez pas de résultats, cela signifie une perte pour toi, dit Ceferin.

Avec EFE et Reuters

gestioninclusive@gmail.com