Première modification:

Malgré le fait que le gouvernement ait renoncé à aller de l'avant avec un éventuel accord avec le Fonds monétaire international, des centaines de manifestants ont maintenu des blocus à cinquante points du pays.

Des mesures telles que les augmentations d'impôts, la vente des avoirs de l'État et le gel des salaires publics faisaient partie d'un plan de financement de 1,75 milliard de dollars conçu par le Fonds monétaire international (FMI) pour le Costa Rica.

En septembre 2020, le gouvernement de Carlos Alvarado a annoncé la proposition dans le cadre de la stratégie pour faire face à la crise économique causée par la pandémie de Covid-19.

Immédiatement, l'opposition politique, les syndicats et les employeurs ont rejeté l'initiative, basée principalement sur une augmentation des impôts, moins de deux ans après l'approbation d'une réforme fiscale controversée qui a provoqué en 2018 une vaste grève syndicale.

Bien que la proposition soit devenue irréalisable dès le début, ce n'est que jusqu'au dimanche 4 octobre, après cinq jours de manifestations impliquant des barrages routiers, que le président Alvarado s'est retiré.

80% de la proposition d'accès aux fonds du FMI reposait sur les impôts. Il a créé une taxe sur les transactions bancaires et le revenu global et, en outre, il a augmenté l'impôt sur le revenu et l'immobilier.

Les 20% restants correspondaient à des réductions des dépenses publiques par la fusion des institutions et la vente de deux actifs: la National Liquor Factory et la Banque internationale du Costa Rica.

Le gouvernement s'est retiré de la proposition, mais ne s'est pas calmé

<< Aujourd'hui, je lance un appel aux différents secteurs qui soutiennent les méthodes institutionnelles d'un dialogue national pour résoudre l'urgence économique à laquelle est confronté le pays (…) Comprenant le sentiment qui existe et la nécessité de prendre des mesures viables, le gouvernement n'ira pas de l'avant avec sa proposition initiale », a déclaré dimanche le président dans un discours présidentiel.

Mais sa décision a eu peu d'effet sur le public, qui a néanmoins poursuivi les manifestations. Le principal passage frontalier entre le Panama et le Costa Rica a été bloqué lundi et des dizaines de manifestants sont descendus dans la rue pour la cinquième journée consécutive pour exprimer leur mécontentement face à l'accord proposé.

Le Fonds monétaire international est l'un des principaux prêteurs en Amérique latine, mais il n'est pas bien accepté parmi les secteurs les plus populaires, en raison de ses plans de financement qui, en général, imposent des mesures fiscales strictes aux gouvernements.

France 24 avec EFE et Reuters