La compagnie aérienne a demandé à déposer le bilan du chapitre 11 aux États-Unis dans le cadre d'un processus de réorganisation qui vise à amortir l'impact de la crise de Covid-19. La compagnie aérienne entend poursuivre ses activités tout en obtenant des financements pour faire face à ses dettes. L'entreprise a annoncé la fermeture de ses opérations au Pérou, ce qui entraînera le licenciement de centaines d'employés.

La pression suffocante de la crise provoquée par le Covid-19 a mis la deuxième plus grande compagnie aérienne d'Amérique latine dans les cordes. Avianca Holdings, la compagnie aérienne battant pavillon colombien, a déposé son bilan le 10 mai, alors que la date limite de paiement des obligations approchait et au milieu des renflouements auprès du gouvernement colombien, jusqu'à présent infructueux.

La procédure n'implique pas l'arrêt des activités de l'entreprise, mais cherche plutôt à l'éviter, selon ses dirigeants. La firme a demandé à déposer le chapitre 11 de la loi sur la faillite aux États-Unis, un instrument souvent utilisé par les entreprises qui ne peuvent pas payer leurs créanciers.

Cet outil juridique permet aux sociétés débitrices de garder le contrôle de leurs activités commerciales, bien que sous la supervision et la juridiction d'un tribunal. Avant cette instance, la société débitrice doit présenter un plan de réorganisation, qui doit être accepté par le tribunal et les créanciers.

Cela permettra à Avianca de prendre un peu d'air pour faire face à sa dette – qui était de 4,9 milliards de dollars à court et à long terme fin 2019, 20% de plus qu'en 2018 – et de continuer à négocier un éventuel sauvetage du gouvernement colombien, qui a été réticent à cette possibilité.

La mesure répond principalement aux difficultés rencontrées par Avianca – ainsi que l'industrie aéronautique en général – en raison de la paralysie des opérations impliquée par la pandémie de Covid-19, qui a provoqué une diminution de 90% des voyages aériens mondiaux.

Qu'adviendra-t-il des compagnies aériennes?, L'un des secteurs les plus touchés par la pandémie

Avianca n'a pas effectué de vols réguliers depuis la fin mars et la plupart de ses 20 000 employés n'ont pas reçu leurs paiements pendant la crise.

La société n'a pas de date précise pour la reprise des opérations car ses principaux centres – Colombie, El Salvador et Pérou – ont fermé le trafic aérien pour lutter contre la pandémie.

En ce sens, l'un des premiers mouvements que la compagnie a décidé de réduire ses coûts est la fermeture des opérations au Pérou, qui représente 5% des revenus de la compagnie aérienne. Ce processus se déroulera au cours des dix prochains jours et entraînera le licenciement de centaines d'employés.

"Pour le moment, nous n'avons pas de liquidités pour maintenir une opération déficitaire", a expliqué Silvia Mosquera, directrice commerciale d'Avianca.

Avianca fait face à "la crise la plus difficile" de ses 100 ans d'histoire

Dans une déclaration officielle de la société, le PDG d'Avianca Holdings, Anko van Der Werff, a assuré que "les effets de la pandémie de Covid-19 nous ont amenés à faire face à la crise la plus difficile de nos 100 ans d'histoire en tant qu'entreprise". .

En ce sens, il a catalogué la décision de déposer le bilan comme une étape nécessaire "pour faire face à nos défis financiers", en tenant compte du fait que la reprise du secteur aéronautique sera progressive.

Malgré la situation actuelle, Van Der Werff a souligné que "nous espérons contribuer à la relance de l'économie en Colombie et sur nos autres marchés clés et réintégrer nos employés".

Dans le même esprit, dans le mémoire, Avianca Holdings a soutenu que la mesure vise à "protéger et préserver les opérations afin de continuer à servir les clients avec des voyages aériens sûrs et fiables", "à assurer la connectivité et à stimuler l'investissement et le tourisme", "Préserver les emplois en Colombie et sur d'autres marchés" et "restructurer l'équilibre et les obligations de l'entreprise".

"Ce n'est pas une surprise du tout", a déclaré Juan David Ballén, économiste en chef à la maison de courtage Casa de Bolsa à Bogotá. Interrogé par Reuters, il a rappelé que "la société était très endettée malgré le fait qu'elle ait tenté de restructurer sa dette l'an dernier".

Le défi d'Avianca: parvenir à un plan de restructuration fiable

L'administration en charge d'Avianca depuis le départ de Germán Efromovich a concentré ses efforts sur l'élaboration d'un plan de réorganisation pour la compagnie aérienne dénommée "Avianca 2021", qui se concentrera sur la réduction des coûts.

La réalisation d'un plan fiable est le grand défi du conseil d'administration dirigé par Van Der Werff. Pour cette raison, le directeur exécutif a lancé ces dernières semaines une campagne soutenue, notamment dans le domaine des relations publiques, pour que le gouvernement colombien lui accorde une aide d'urgence.

Jusqu'à présent, l'initiative a échoué et l'absence de fonds publics pourrait affaiblir encore les possibilités de restructuration de la compagnie aérienne.

Si elle ne sort pas de la faillite, Avianca – la deuxième plus ancienne compagnie aérienne opérant au monde derrière KLM – serait l'une des premières grandes compagnies aériennes mondiales à tomber en raison de l'impact de la paralysie causée par Covid-19, ce qui réduirait les revenus de l'industrie dans le monde de 314 milliards de dollars, selon l'International Air Transport Association (IATA).

Une crise annoncée qui trouve Avianca avec une direction divisée

Avant que Covid-19 ne fasse exploser les plans de l'industrie aérienne, les avertissements concernant les finances fragiles d'Avianca se sont accumulés.

Roberto Kriete, président du conseil d'administration d'Avianca, avait déclaré l'année dernière lors d'une réunion des employés que la compagnie aérienne était "en faillite". Et le mois dernier, le cabinet d'expertise comptable d'Avianca, KPMG, avait exprimé des "doutes substantiels" sur la capacité de l'exploitant de la compagnie aérienne à exister dans un an.

Justement, ce dimanche, Avianca a dû faire face à un versement obligataire de 65 millions de dollars, mais n'était pas en mesure de le faire.

La crise de la société a entraîné une dégradation de la note de la compagnie aérienne par l'analyste S&P, tandis que les actions de la société ont clôturé à 88 cents vendredi à New York, alors qu'elles avaient atteint un sommet au-dessus de 2014. les 18 dollars.

Au milieu de cette situation, la direction d'Avianca est confrontée à un schisme interne, qui a conduit à l'expulsion d'Efromovich, un homme d'affaires pétrolier d'origine bolivienne qui a secouru l'entreprise lorsqu'il a également déposé son bilan au début des années 2000.

Une bosse dans la salle de réunion dirigée par United Airlines Holdings a déplacé Efromovich, considéré par ses pairs comme étant principalement responsable de l'endettement important d'Avianca. Cependant, le magnat conserve une participation majoritaire dans la compagnie aérienne.

En contact avec l'agence Reuters, Efromovich a indiqué qu'il n'était pas d'accord avec la décision de déclarer faillite et s'est éloigné de la mesure adoptée par le conseil d'administration d'Avianca.

Avec la déclaration de ce dimanche, Avianca Holdings devient la troisième compagnie aérienne Efromovich à déclarer faillite ces dernières années, après en 2019, des problèmes économiques ont conduit à la fermeture d'Avianca Argentine et d'Avianca Brésil.

Avec Reuters et EFE