Economie

Les prix des denrées alimentaires ont baissé en mai, mais sont toujours supérieurs de 22,8 % à ceux de 2021

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, a mis à jour l’indice mondial de l’alimentation avec une légère baisse par rapport au mois précédent, bien que le prix des céréales ait augmenté en raison de la guerre.

Une crise de plus en plus évidente. Les indices mondiaux des prix alimentaires ont légèrement baissé en mai pour le deuxième mois consécutif, bien que les prix du blé et de la volaille aient continué d’augmenter, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi à une moyenne de 157,4 points en mai, ce qui représente une légère baisse de 0,6 pour cent par rapport à avril, mais le chiffre reste à 22,8 pour cent au-dessus de l’année précédente.

La chute est due à la baisse des prix des produits laitiers, qui ont baissé de 3,5% par rapport au mois dernier, ainsi qu’à une baisse de 3,5% du prix des huiles végétales grâce au fait que l’Indonésie, principal exportateur d’huile de palme , a supprimé l’interdiction d’exporter ce produit.

« La baisse des prix des oléagineux montre à quel point il est important que les restrictions à l’exportation soient supprimées et que les exportations puissent se dérouler sans heurts », a déclaré l’économiste en chef de la FAO, Máximo Torero.

Le rapport indique que l’indice des prix des céréales a de nouveau augmenté de 2,2%, en particulier la valeur du blé, qui a progressé de 5,6% par rapport à avril en raison de l’interdiction annoncée par l’Inde sur les exportations de cette céréale, ainsi que des faibles attentes de production en Ukraine, premier exportateur mondial.


Selon le rapport, l'indice FAO des prix des produits alimentaires s'est établi à une moyenne de 157,4 points en mai, en baisse de 0,6 pour cent par rapport à avril,
Selon le rapport, l’indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi à une moyenne de 157,4 points en mai, en baisse de 0,6 pour cent par rapport à avril, ©France 24

Les seules céréales dont le prix n’a pas augmenté sont les céréales secondaires et le maïs, grâce à de bonnes récoltes aux États-Unis et au début de la campagne principale de maïs au Brésil.

Dans ses prévisions de production céréalière mondiale, la FAO prévoit une baisse de la production de maïs, de blé et de riz pour 2022-2023. La production estimée est d’environ 2 784 millions de tonnes, soit 16 millions de tonnes de moins que la précédente prévision.

Le président de l’Union africaine appelle à la fin des sanctions sur le blé et les engrais

Macky Sall, chef de l’État du Sénégal et actuel président de l’Union africaine, a appelé les pays occidentaux à lever les sanctions qui empêchent l’exportation de blé et d’engrais russes, après avoir rencontré le président Vladimir Poutine pour faire face aux effets de la guerre en Ukraine pour l’Afrique.

« Le président Poutine a exprimé sa volonté de faciliter l’exportation de céréales ukrainiennes. La Russie est prête à garantir l’exportation de son blé et de ses engrais. Je demande à tous les partenaires de lever les sanctions sur le blé et les engrais », a déclaré Sall sur son compte Twitter officiel.

« Nous appelons à la suspension des sanctions contre les céréales et autres produits de base clés, la nécessité de leur passage en toute sécurité par la mer pour atténuer les effets économiques et socio-économiques dévastateurs d’une crise alimentaire et énergétique croissante, entravant davantage la reprise mondiale après le Covid- 19 pandémie », a-t-il ajouté.

Selon la FAO, six pays d’Afrique de l’Ouest importent au moins 30 % de leur blé de Russie ou d’Ukraine, comme le Burkina Faso et le Togo, et même plus de 50 %, comme le Sénégal, le Libéria, le Bénin et la Mauritanie.

Avec EFE et Reuters