Première modification:

S'il ne s'agit pas d'acquérir plus d'art, la vente tache l'histoire du musée et entraîne même des pénalités. Seulement que la pandémie a brisé ce tabou, au point que la Royal Academy obtiendrait des liquidités avec un marbre de Michel-Ange et que le Brooklyn Museum mettra aux enchères douze pièces. Dans d'autres thèmes, le réalisateur Gustavo Dudamel nous emmène dans la musique classique et «Enola Holmes» au cœur de la liberté et du courage. Le nouveau film de Miranda July et les albums de Sam Smith, Lous And The Yakuza et Alicia Keys complètent cette chronique.

À une époque antérieure à la pandémie, pour un musée ou une institution, vendre une œuvre était un sacrilège. Il pouvait tout au plus le vendre pour en obtenir un autre et enrichir ses objets de collection. Mais le faire pour gagner de l'argent était une limite sacrée de l'art, car cela va fondamentalement à l'encontre de la préservation de ce qui est collectif, de l'histoire qui appartient aux générations futures. Et donc, même suggéré, c'était tabou et pouvait entraîner des sanctions.

Cependant, le nouveau coronavirus a brisé cet imaginaire, après avoir provoqué des mois de fermeture dans de nombreux musées à travers le monde. Face au manque de liquidité de cet autre temps meilleur, la partie muséale anglo-saxonne, notamment au Royaume-Uni et aux États-Unis, a lancé le dilemme interdit qui commence cette chronique.

C'est le cas de la Royal Academy of Arts de Londres, qui est en position de vendre un marbre de Michel-Ange ou de licencier 150 ouvriers (40% de ses effectifs actuels). Jamais auparavant, au cours de ses 250 ans d'histoire, il n'a eu un tel problème, et c'est peut-être pourquoi les partisans de la proposition sont des universitaires, et non ceux qui dirigent la RA, "horrifiés" par le plan, selon The Guardian.

La décision finale, quelle qu'elle soit, n'inverse pas ce débat, qui pour la Royale signifierait une réduction annuelle des coûts de neuf millions d'euros (plus de dix millions de dollars), dans un pays qui n'a pas encore livré 1,8 milliard d’euros (plus de 2 000 millions de dollars) aux institutions culturelles. Bien sûr, la perte serait le bas-relief «Tondo Taddei» de l'image, créé en 1504 par Michel-Ange, commandé par une riche famille florentine. Dans l'œuvre, la Vierge est vue avec l'enfant et Saint Jean, et elle est considérée comme l'un des joyaux de la maison.

Un bijou contre douze. Car si le Royal résiste à perdre la seule sculpture de l'artiste italien au Royaume-Uni, le Brooklyn Museum a décidé de vendre aux enchères douze pièces chez Christie's, ce qui allégerait ses pressions financières. Aux États-Unis, comme on peut le voir, les règles des musées ont davantage changé, au point que l'Association of Art Museum Directors autorisera les musées à vendre des œuvres jusqu'au 10 avril 2022, à condition qu'ils «utilisent le produit pour payer les dépenses associées dans le soins directs des collections ».

Personne n'aime ça, mais ça pèse dans la balance qu'il y ait encore des musées comme celui de Brooklyn, qui seront les premiers à opter pour cette sortie en grand. Et la limite, maintenant à l'époque de Covid-19, sera que l'argent soit utilisé pour nettoyer ou transporter une œuvre d'art, ainsi que pour couvrir les salaires des professionnels impliqués.

C'est drôle parce qu'en anglais cette pratique a un mot, 'désaccession', déjà implanté dans le monde de l'art. Mais comme nous l'avons expliqué, il n'est pas bien valorisé, et moins s'il s'agit de vendre des tableaux de Corot, Courbet ou Cranach. Celui de Brooklyn se défend en affirmant que les œuvres représentent une petite partie de sa collection (qui se compose de plus de 160000 pièces) et que sa sélection a été faite avec le tout en tête, comment leur absence affecterait l'explication du reste des artistes.

Pour le «Tondo Taddei», la Royal Academy pourrait rapporter 110 millions d'euros (environ 127 millions de dollars). Alors que le Brooklyn Museum pourrait recueillir environ 30 000 dollars rien que pour une œuvre de Vibert et 1,8 million pour la belle «Lucrecia» de Cranach. Une vente dont l'autre limite est qu'il s'agit d'objets d'art non contemporains.