Sport

Van Vleuten, de Movistar, vole vers la victoire dans le Women’s Tour

Le Markstein (France) (AFP) – La gran favorita del Tour de Francia femenino, la neerlandesa Annemiek van Vleuten (Movistar), ganó este sábado la séptima etapa, con final en la estación de Markstein, en los Vosgos, y se hizo con el maillot amarillo en la víspera de la última Étape.

Son compatriote Demi Vollering, le seul à avoir pu tenir tête à Van Vleuten en quelques kilomètres, a concédé plus de trois minutes et pointe à la deuxième place du classement général.

La troisième est la Polonaise Katarzyna Niewiadoma, reléguée à plus de quatre minutes et demie.

« Je vais bien dormir avec ce solide avantage », a reconnu le leader de Movistar. « Je ne dis pas que je l’ai déjà dans ma poche. Il va falloir être très concentré mais, vu comment je monte, je n’ai aucune raison d’avoir peur de m’effondrer. »

Voir le triple vainqueur du Giro (2022, 2019 et 2018) en jaune avant la dernière étape, se terminant par la Super Planche des Belles Filles, n’avait rien d’étonnant avant le départ du Tour, mais les doutes n’ont pas tardé à s’installer.

Une victoire surprenante après des difficultés

« Même moi, je ne pensais pas que c’était possible après avoir été si malade », a avoué la Néerlandaise soudainement âgée de 40 ans, épuisée plus tôt dans la semaine par un virus gastro-intestinal. « J’étais si près d’abandonner la course, c’est un petit miracle », a déclaré le grimpeur.

« Le deuxième jour, je n’ai même pas pu mettre mes affaires dans ma valise », a expliqué le champion olympique du contre-la-montre.

La victoire finale dimanche au sommet de la Super Planche des Belles Filles lui tend les bras après son exhibition dans l’étape la plus accidentée de ce Tour de France, avec plus de 3.000 mètres de dénivelé positif en 127,1 kilomètres.

Dimanche, le Grand Ballon (8,7 kilomètres à 8,9%) puis l’arrivée finale au sommet de la Super Planche des Belles Filles (7 kilomètres à 8,7%) seront le théâtre avant tout de la course au podium, à laquelle la Française Juliette Labous aspire, quatrième, à 49 secondes de Niewiadoma.

« Elle nous a bien écrasés. Si elle était vraiment malade et n’a rien mangé pendant des jours, récupérer comme ça, c’est vraiment impressionnant », a déclaré la Française Juliette Labous, quatrième au général.

Tout le monde s’attendait à une attaque précoce de Van Vleuten, mais personne, ou presque, n’a pu réagir lorsqu’il a lancé les hostilités à environ 80 kilomètres de l’arrivée.

« Quand je l’ai vue devant dans le peloton, je m’attendais à ce qu’elle tente quelque chose. Elle était prête », a déclaré Vollering, le seul capable de le suivre.

« J’ai fait une reconnaissance de l’étape et je me suis rendu compte que le Petit Ballon était une ascension difficile (9,3 km à 8,9 %). Après six jours d’attente, de survie et de récupération, je voulais faire la plus grande différence possible et cela signifiait attaquer sur la première montée », a expliqué Van Vleuten, qui a devancé l’ancienne maillot jaune Marianne Vos de près de 25 minutes.