Première modification:

L'isolement a fait de la préparation des Jeux olympiques un défi pour les athlètes du monde entier. Dans certains cas, un écart s'est creusé entre les athlètes selon le pays où le confinement les a surpris.

Les Jeux Olympiques ont toujours été insaisissables pour Anaïs Michel. Cette haltérophile française est toujours restée aux portes de cet événement prestigieux, jusqu'en 2020. Au milieu de la pandémie Covid-19, Anaïs se sent plus proche que jamais de la possibilité d'aller à ses premiers matchs.

"Pour la première fois, le classement (pour les Jeux Olympiques) est individuel et je suis le meilleur de ma catégorie", explique l'Insep, le centre de haute performance où il s'entraîne depuis deux mois.

A 32 ans, ceux de Tokyo seraient ses premiers Jeux Olympiques, marqués par les deux mois qu'il a fallu s'entraîner sur le terrain pour se plier à l'isolement.

Loin de l'Europe, à Caracas, José Carrasco s'entraîne dans le patio de sa maison. Il est le capitaine de l'équipe vénézuélienne de volleyball. Son équipe a réussi à angoisser Tokyo lors des qualifications olympiques chiliennes en janvier, mais ne s'est pas rencontrée depuis.

L'enfermement les a empêchés de s'entraîner correctement et, en outre, il a également refusé à José la possibilité de voyager à l'étranger pour accepter l'une des offres qu'il devait jouer. «Malheureusement, ici au Venezuela, nous sommes très en retard, nous n'avons pas de système permettant à l'athlète de haut niveau de s'entraîner. Jusqu'à présent, (après) quatre mois, nous attendons toujours », dit-il.

Le Vénézuélien José Carrasco, capitaine de l'équipe de volleyball, partage avec sa fille à Caracas.
Le Vénézuélien José Carrasco, capitaine de l'équipe de volleyball, partage avec sa fille à Caracas. © France 24

En Colombie, l'isolement de Sandra Galvis est très strict. Cette marchista est confinée chez elle depuis mars en raison des dangers que le Covid-19 pourrait avoir pour elle et sa famille. «Je suis proche de mes grands-parents, de nombreuses tantes qui sont à risque, c'est pourquoi nous prenons également grand soin de nous», explique-t-elle.

Sandra a la tranquillité d'esprit d'avoir déjà la note minimale pour Tokyo bien qu'elle soit préoccupée par les progrès de ses rivales sur le vieux continent. «Je pense que c'est un peu un désavantage», dit-il.

Rêve au milieu d'un écart qui marque la préparation de l'événement sportif le plus prestigieux au monde et que le Comité International Olympique veut organiser comme la victoire de l'humanité sur le coronavirus.