Economie

Quelles options l’Europe a-t-elle si la Russie ferme le robinet de gaz ?

Le géant étatique russe Gazprom a décidé de couper l’approvisionnement en gaz naturel de la Bulgarie et de la Pologne à partir de ce mercredi 27 avril 2022, en réponse à son refus de payer en roubles les importations. La Commission européenne a assuré qu’elle disposait de plans d’urgence prêts en cas d’une éventuelle aggravation de la situation.

Les dirigeants européens commencent à parler de « chantage au gaz » pour désigner les dernières représailles économiques de la Russie contre l’Occident pour les sanctions imposées pour le punir d’avoir envahi l’Ukraine.

Le Kremlin a établi qu’à compter du 1er avril, tous les paiements pour le gaz russe par les pays qu’il considère « inamicaux », c’est-à-dire ceux qui se sont unis contre lui, doivent être effectués en roubles et non en euros ou en dollars.

Désormais, ces pays sont confrontés à un dilemme : essayer de payer en euros ou en dollars et s’exposer à ne pas recevoir d’intrants, ou payer en roubles comme le demande la Russie et s’exposer à des sanctions de Bruxelles pour ne pas avoir respecté les sanctions occidentales.

« Ils ne devraient pas accéder aux demandes russes. Ce serait une violation des sanctions et un risque élevé pour les entreprises », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, lors d’une brève conférence de presse après la coupure de la compagnie gazière russe Gazprom. livraisons à la Pologne et à la Bulgarie pour avoir refusé de payer les livraisons en roubles.

Les premières victimes de la menace réalisée ont été la Bulgarie et la Pologne, à qui Gazprom, la plus grande entreprise de Russie et le principal fournisseur de gaz européen, a fermé le robinet après ne pas avoir reçu de paiements en roubles, comme l’exige désormais le Kremlin.

Ces deux pays ont des accords gaziers à long terme avec Gazprom qui expirent à la fin de cette année et accusent l’entreprise de rompre les contrats, tout en analysant de nouvelles options d’approvisionnement.

Si ce n’est pas la Russie, qui ?

La Russie fournit environ 40 % du gaz naturel à l’Union européenne, qui souhaite réduire ses importations des deux tiers cette année et mettre définitivement fin à sa dépendance « bien avant 2030 ». Certains pays disposent déjà d’options d’approvisionnement alternatives et le réseau gazier européen est interconnecté.

L’Allemagne, l’un des pays les plus nécessiteux de Russie, qui a interrompu la certification du nouveau gazoduc russe Nord Stream 2 en raison de la guerre en Ukraine, pourrait importer du gaz de Grande-Bretagne, du Danemark, de Norvège et des Pays-Bas par le biais de gazoducs.

Par exemple, la société norvégienne Equinor a déclaré qu’elle essaierait de produire plus de gaz l’été prochain, une saison où la maintenance réduit généralement la production. L’Europe du Sud, quant à elle, peut recevoir du gaz d’Azerbaïdjan via l’Italie et la Turquie.


Un autre mécanisme consiste à augmenter les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance de pays comme les États-Unis. L’hydrocarbure est transporté par voie maritime et livré aux terminaux de regazéification. Cependant, il s’agit d’un processus plus coûteux et plus long.

Les États-Unis seraient l’une des principales sources d’approvisionnement en gaz liquéfié, malgré le fait que ses usines et ses terminaux d’importation en Europe fonctionnent déjà à capacité limitée. Certains pays travaillent déjà à la construction de nouveaux terminaux à court terme.

Parmi les options qui ont été sur la table depuis le début, il y a non seulement l’obtention de gaz d’autres pays, mais aussi la diversification du panier énergétique pour produire de l’énergie à partir de sources plus propres. Mais c’est un projet à moyen et long terme.

Avec Reuters et AP