Sport

Pogacar s’impose à Peyragudes, mais écarte à peine Vingegaard

Le Slovène a terminé une excellente participation des Emirats Arabes Unis et a remporté la 17e étape au sprint contre le Danois. Cependant, il n’a pu réduire l’écart que de quatre secondes grâce aux bonifications. Travail exceptionnel de Mikkel Bjerg et Brandon McNulty démolissant le peloton et laissant tous les Jumbo-Visma grégaires sur le chemin. Nairo Quintana n’a pas pu résister au rythme et s’est éloigné de l’objectif du podium.

Le premier parcours montagneux des Pyrénées a été le théâtre d’un duel entre Tadej Pogacar et Jonas Vingaard, qui s’est soldé par une victoire et une remise pour le Slovène, mais pas assez significative pour perturber la domination du Danois sur le maillot jaune. .

Lors des 130 kilomètres qui ont rejoint Saint-Gaudens à Peyragudes, il y a eu un travail remarquable des domestiques des Emirats Arabes Unis pour épuiser le peloton. Après le retrait de Rafal Majka, la réponse de l’escouade commandée par Pogacar a été exceptionnelle, faisant tomber les membres de la Jumbo-Visma et laissant Vingaard isolé.

Mikkel Bjerg a tenu le rythme du peloton dans la première partie, mais les 30 derniers kilomètres ont été marqués par la performance implacable de l’Américain Brandon McNulty, qui a gardé la distinction pour sa combativité. Cependant, cela n’a pas été pleinement exploité par Pogacar, qui n’a lancé d’attaques qu’à un demi-kilomètre de la ligne d’arrivée.

Pas assez loin pour prendre des secondes à Vingaard, le prodige du cyclisme n’a gagné que quatre secondes grâce à des bonus d’étape. Désormais, en attendant le parcours principal des Pyrénées avec la haute montagne jeudi, c’est 2h18 minutes que le Danois a sur les Balkans.

Pogacar, qui a remporté mercredi sa troisième étape personnelle dans l’édition en cours du Tour de France, s’est dit « optimiste » pour le sommet du Hautacam qui aura lieu jeudi et que « c’est plus dur ».

« Nous n’avons pas pu faire plus, demain nous avons une autre chance, mais aujourd’hui je veux profiter de la victoire, même si je pense déjà à l’étape de demain », a-t-il déclaré. « Malgré les pertes [NDR: en los últimos dos días cayeron Majka y Marc Soler]nous avons des armes, il y a des moyens d’essayer et nous allons tout donner », a-t-il conclu.

De son côté, les jours passent et le maillot jaune est toujours entre les mains de Vingaard. Le Scandinave a fait remarquer qu’il gère bien la pression d’être le propriétaire de la direction générale. Pour cela, a-t-il reconnu, le conseil de sa petite amie de ne pas lire la presse était important.

« Moi non, c’est une façon de contrôler la pression du maillot jaune. Je ne me laisse pas distraire par ça », a-t-il expliqué.

Concernant l’étape de mercredi, il a expliqué qu’ils cherchaient à « tout contrôler et se battre jusqu’au bout » et a souligné qu’il était satisfait du résultat. « Je n’ai perdu que quatre secondes du bonus », a-t-il déclaré.

Dans un autre volet du Tour, Wout van Aert s’est assuré la possession de la tenue verte et doit arriver à Paris pour la consacrer. Le Belge a décrit être le leader du tableau aux points comme « un objectif accompli ».

Concernant la performance pour le combat au général, il a affirmé qu’il n’avait plus de jambes pour soutenir Bjerg, dont il a fait l’éloge en disant qu' »il a fait un excellent travail et est meilleur qu’au début ». « Jonas a très bien su défendre sa position, il a bien fait et a fait un pas de plus », a-t-il ajouté.

Nairo Quintana s’éloigne du podium, mais il est optimiste

Le Colombien est arrivé à cette étape de montagne avec de sérieuses aspirations à tenir la dispute pour la troisième place face au Britannique Geraint Thomas. Cependant, mercredi n’a pas été une bonne journée pour Nairo Quintana, qui s’est classé dixième et a terminé plus d’une minute après le Britannique.

La première étape de montagne dans les Pyrénées a laissé le boyacense à 3h32 de Pogacar (Thomas était à 2h07) et il est maintenant à 2h57 du dernier maillon du podium. Alors qu’il a conservé la quatrième place pendant seulement quatre secondes, après que le Français David Gaudu l’ait coupé cinq.

« J’ai bien réglé, je suis entré en bonne forme physique à l’arrivée. Je pense que d’autres se sont plus vidé et ils risquent de le payer demain », a-t-il prévenu. L’étape de jeudi est de bon augure pour les grimpeurs comme lui.

« C’est une bonne opportunité pour nous, toute l’équipe est motivée pour monter sur le podium », a-t-il souligné. Enfin, il a conclu que « tout peut arriver demain ».

Alors que Rigoberto Urán a cherché à faire partie de l’évasion, mais n’a pas pu supporter le rythme effréné imposé par les Emirats Arabes Unis. Le Colombien a franchi la ligne d’arrivée 28e, à près de dix minutes ; Daniel Martínez l’a fait 77e, à 25 minutes.