Première modification:

L'économie espagnole, touchée par le coronavirus, devrait se contracter de 11,2% cette année et les recettes fiscales diminuer de 7,6%. Le gouvernement de Pedro Sánchez a proposé d'augmenter l'impôt sur les sociétés, ainsi que l'impôt sur le revenu des plus fortunés.

Le gouvernement espagnol a publié mardi 27 octobre son plan budgétaire pour 2021, qui comprend une augmentation des impôts sur les grandes entreprises et celles à revenus élevés, pour financer les dépenses plus élevées nécessaires pour assister à la pandémie.

Parmi les propositions, on trouve, par exemple, une réduction des exonérations fiscales pour les grandes sociétés, tandis que les fiducies de placement immobilier auront un taux minimum de 15% sur leurs bénéfices.

On estime que les impôts sur les sociétés les plus élevés n'affecteront que 0,12% des entreprises espagnoles et produiront un rendement de 1 520 millions d'euros.

L'augmentation de deux points de l'impôt sur le revenu est également envisagée pour les personnes qui gagnent plus de 300 000 euros par an, soit 0,17% des contribuables. L'impôt sur les grandes fortunes augmentera d'un point de pourcentage pour ces actifs de plus de 10 millions d'euros.

Avec les modifications fiscales proposées, l'exécutif vise à porter les dépenses sociales de 196 000 millions d'euros initialement prévus à 239 000 millions d'euros.

Avec ces ressources, le gouvernement cherche à doubler les dépenses d'infrastructure à 11 500 millions d'euros et à augmenter les salaires et les pensions des agents publics de 0,9%, en ligne avec l'inflation projetée.

Les mesures compléteraient les mesures précédemment approuvées, telles que la soi-disant taxe Google sur les revenus enregistrés localement par les grandes entreprises technologiques, que d'autres pays européens envisagent également.

Le projet présenté par le gouvernement espagnol nécessite des approbations législatives, étape cruciale si l'on tient compte du fait que lors de la dernière législature, il a été rejeté, ce qui a mis en jeu le mandat de Pedro Sánchez.