Première modification:

Al-Khelaïfi, également président du groupe de médias qatari BeIN Sports, a été acquitté d'une affaire de "gestion déloyale" dans le processus lié à l'attribution de droits de télévision aux Coupes du monde 2026 et 2030. L'affaire concerne également le l'ancien secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, condamné à une peine secondaire.

«Après une campagne incessante de quatre ans contre moi, qui a ignoré les faits fondamentaux et la loi à tout moment, j'ai finalement effacé mon nom complètement et complètement», lit-on dans une déclaration publiée par Al-Khelaïfi et donnée à savoir grâce à votre avocat et aux réseaux sociaux de BeIN Media Group.

L'affaire d'Al-Khelaïfi, également président de l'équipe de France de football du Paris Saint-Germain, a débuté il y a trois ans et concerne une corruption présumée de l'ancien secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke.

Les procureurs ont soutenu leurs accusations en supposant qu'Al-Khelaifi a accordé à Valcke l'utilisation exclusive d'une villa de luxe dans la ville de Sardaigne (Italie), qui aurait des liens avec BeIN Sports, afin d'obtenir des droits de diffusion exclusifs pour les Coupes du monde 2026 et 2030 pour les régions du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

«Maintenant, je peux consacrer toute mon énergie à mes différents rôles, qui sont tous axés sur la construction d'un avenir positif pour le sport mondial, à un moment où l'industrie a besoin d'un leadership fort», lit-on dans la lettre d'Al-Khelaïfi dans lequel il célèbre sa disculpation.

Dans cette affaire, Valcke a également été acquitté des accusations portées contre lui. Cependant, la justice suisse l'a condamné pour falsification de documents, évitant ainsi d'aller en prison, mais doit payer une amende (d'environ 26 500 dollars) avec sursis pendant 120 jours, qui pourrait être exonérée si le prévenu ne commet pas d'infractions dans ce délai.

En 2016, Valcke a été renvoyé de la FIFA et purge actuellement une suspension de 10 ans émise en 2018 par la commission d'éthique de la FIFA (qui comprenait une amende de 100000 francs suisses) après avoir été impliquée dans les révélations du scandale de corruption qui a secoué la FIFA. instance dirigeante du football mondial en 2015.

À cette époque, il avait été accusé d'avoir accepté des pots-de-vin ainsi que de multiples accusations de gestion criminelle aggravée et de falsification de documents, concernant les droits télévisuels des Coupes du monde et de la Coupe des Confédérations.

Avec Reuters et l'AFP