Sport

Mijaín López entre dans l’histoire et Cuba entame son retour

L’éternel porte-drapeau de l’île est devenu lundi le plus grand vainqueur historique de la lutte gréco-romaine et le plus en or de tous les athlètes cubains, et son triomphe a été le tournant d’une journée où son pays a commencé à réduire les distances dans le tableau des médailles, après un démarrage lent.

Lorsque Mijaín López et Yaime Pérez ont défilé dans le stade olympique de Tokyo en tant que porte-drapeaux lors de la cérémonie d’ouverture, Cuba savait qu’elle faisait face à une rude épreuve, avec sa troisième plus petite délégation au cours des 60 dernières années (69 athlètes), sans sports d’équipe et avec peu d’options dans des bastions fondamentaux comme le judo ou l’athlétisme.

Mais c’est par hasard que le jour même où ils sont montés tous les deux sur le podium a été le plus productif pour l’île, qui vise à terminer dans le top 20 du tableau des médailles, et ce lundi ancré dans cette bande.

La journée comprenait deux médailles d’or dans le combat : celle de López et la surprise de Luis Alberto Orta dans les 60 kgs ; les médailles d’argent de l’ancien champion olympique Leuris Pupo au tir et Juan Miguel Echeverría au saut en longueur et les bronzes de Maykel Masso (également au saut en longueur) et Yaimé Pérez au lancer du disque.

Le Cubain Luis Alberto Orta Sánchez (bleu) se bat contre le Japonais Kenichiro Fumita lors de la finale de lutte gréco-romaine 60 kg hommes lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Makuhari Messe à Tokyo le 2 août 2021.
Le Cubain Luis Alberto Orta Sánchez (bleu) se bat contre le Japonais Kenichiro Fumita lors de la finale de lutte gréco-romaine 60 kg hommes lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Makuhari Messe à Tokyo le 2 août 2021. AFP – JACK GUEZ

Cuba venait de céder du terrain dans un sport traditionnellement très productif, le judo. Il venait de vivre sa première Coupe du monde sans médaille en 35 ans à Budapest. On attendait si peu de ce sport à ces Jeux olympiques. Sin embargo, Idalys Ortiz logró colgarse su cuarta medalla olímpica consecutiva, una plata en los más de 78 kgs y, junto al bronce del bicampeón mundial Rafael Alba en los más de 80 kgs del taekwondo, pudo evitar que la primera semana de competencia se fuera en blanc.

Au panthéon des immortels

Les deux médailles de Cuba au combat sont arrivées dans des circonstances très différentes. Mijaín López était le grand favori des 130 kg, alors qu’avec Luis Alberto Orta personne ne comptait.

Le premier est cinq fois champion du monde. Un seul homme, le Turc Riza Kayaalp, l’a battu ces 10 dernières années, et il était précisément son dernier obstacle sur la voie du podium. Il l’a battu en demi-finale et s’est ainsi assuré une finale avec un énorme avantage sur le Géorgien Iakobi Kajaia.

Mijain Lopez Nunez (bleu) de Cuba combat Victor Ciobanu de Moldavie dans leur demi-finale de lutte gréco-romaine masculine de 60 kg lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Makuhari Messe de Tokyo, le 1er août 2021.
Mijain Lopez Nunez (bleu) de Cuba combat Victor Ciobanu de Moldavie dans leur demi-finale de lutte gréco-romaine masculine de 60 kg lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au Makuhari Messe de Tokyo, le 1er août 2021. AFP – JACK GUEZ

Avec sa couronne ce lundi, Mijaín López a rompu l’égalité qu’il avait avec six autres combattants, dont le mythique Russe Alexander Karelin, en tant que plus grands médaillés d’or dans le style gréco-romain des Jeux Olympiques, un panthéon qu’il commande désormais seul et depuis dont il peut difficilement être expulsé.

Il devient également le meilleur médaillé d’or individuel du sport cubain, quatre au total, rompant l’égalité avec les trois grands héros olympiques de l’île, les boxeurs Teófilo Stevenson et Félix Savón, et l’escrimeur Ramón Fonst, également titré par équipes.

Orta, en revanche, n’a pas commencé avec des projections très propices. Il a dû affronter le vice-champion du monde 2019 Sergey Emelin du Comité olympique russe en quarts de finale et a pu renverser une avance de 0-3 pour se qualifier. En demi-finale, il a rencontré un autre médaillé d’argent mondial, le Moldave Victor Ciobanu et il a été liquidé par supériorité technique. En finale, son rival était le double champion du monde, le Japonais Kenichiro Fumita, qu’il a battu aux points 5-1.

Les deux faces de la médaille

Comme souvent, Cuba fonde ses attentes olympiques sur les sports de combat et on attend encore beaucoup sur le tapis, où le champion des 59 kg Ismael Borrero s’apprête à entrer en action à Rio 2016 et en boxe, où un seul de ses athlètes, le super poids lourd Dainier Pero, a été éliminé.

L’ancien champion du monde des poids coq, Lázaro Álvarez, a déjà remporté au moins une médaille de bronze, avec sa qualification pour les demi-finales, tout comme le champion en titre des 91 kg, Julio La Cruz.

Pendant ce temps, le médaillé d’or de Londres 2012 Roniel Iglesias a au moins l’argent, car il est en finale des poids welters, tout comme le champion des poids moyens de Rio 2016, Arlen López, qui se battra pour le titre des poids mi-lourds.

En revanche, l’autre caisse enregistreuse de la médaille cubaine, l’athlétisme, n’a pas facturé selon les attentes. On attendait plus de Yaime Pérez, qui a fini par accrocher le bronze au lancer du disque et Juan Miguel Echevarría a eu le meilleur record personnel des concurrents du saut en longueur (8,92 m avec un vent favorable à La Havane) et le deuxième avec du vent légal (8,68 m ), mais n’a pas pu passer un 8.41 qui l’a relégué à l’argent, affecté par une blessure survenue en pleine compétition. L’autre Cubaine du saut en longueur, Maykel Massó, était au contraire un visiteur inattendu pour le podium.

En dehors du 4×400 féminin, qui a remporté l’or à la Coupe du monde de relais de Silésie plus tôt cette année, il reste peu d’espoirs de podium pour l’athlétisme. La grande figure du triple saut, ancien champion du monde U20 et des Jeux Olympiques de la Jeunesse, Jordán Díaz, a décidé de quitter l’équipe en juillet, après une compétition à Castellón, en Espagne.

Pour autant, tout semble indiquer qu’avec sa petite délégation, l’île est en passe de remplir son pronostic.