Economie

En Argentine, élever des enfants comptera comme semaines de cotisations de retraite

On estime que 155 000 femmes qui n’ont pas cotisé suffisamment de semaines pourront accumuler des semaines supplémentaires pour le temps qu’elles ont consacré à élever leurs enfants, selon un décret présidentiel.

Au 1er août 2021, le gouvernement argentin a étendu la couverture de sécurité sociale à environ 155 000 femmes qui, aujourd’hui, ne disposent pas d’un revenu de retraite suffisant pour accéder à une pension.

Conformément à ce que l’on appelle un décret de nécessité et d’urgence (DNU), c’est-à-dire qu’il a force de loi mais ne passe pas par le Congrès, l’allocation est destinée aux mères de 60 ans ou plus qui en ont besoin. cité.

L’allocation s’appelle « Reconnaissance des cotisations pour les tâches de soins » et, en effet, elle comptera le temps que les femmes ont passé à élever leurs enfants comme s’il s’agissait de semaines de cotisations de retraite.

« La reconnaissance des contributions pour les tâches de soins rend visible et répare une inégalité historique et structurelle dans la répartition des tâches de soins, reconnaissant et valorisant le temps que les femmes consacrent et consacrent à élever leurs filles et leurs fils », dit-elle sur son site Internet de la National Administration de la Sécurité sociale, Anses.

Concrètement, un an sera reconnu pour chaque enfant, ou deux ans si l’enfant est adopté ou a un handicap. Il reconnaîtra également les périodes de congé de maternité pour les femmes qui ont fait usage de ces périodes au moment de la naissance de leurs enfants.

France 24
France 24 ©France24

Juan Carlos Juárez, spécialiste des retraites et de la sécurité sociale, a expliqué à France 24 qu' »une femme qui a 60 ans et qui a 27 ans de cotisation, se verra reconnaître, si elle a trois enfants, ces trois années qui lui manquent pour pouvoir partir à la retraite. « 

L’ancien député a ajouté que « ces tâches de soins sont reconnues par l’Organisation ibéro-américaine de sécurité sociale et par l’Organisation internationale du travail et il est très important que cela puisse commencer à voyager en Amérique latine ».

France 24 avec les médias locaux