Première modification:

Un traité datant de 1944 oblige le Mexique à livrer une certaine quantité d'eau aux États-Unis, et vice versa, en compensation des rivières qu'ils partagent le long de la frontière. Le Mexique était sur le point de le violer.

Les États-Unis auront droit à l'eau de deux barrages situés du côté mexicain de la frontière, qui alimentent normalement les populations voisines. Cela a été envisagé dans un accord binational qui a adouci les relations du Mexique avec la Maison Blanche, mais qui menace d'aggraver un conflit interne.

En vertu d'un accord sur l'eau signé il y a près de 80 ans, les États-Unis doivent livrer plus de 9 000 millions de mètres cubes au Mexique par période de cinq ans depuis le fleuve Colorado. En revanche, le Mexique lui cède plus de 2 000 millions de mètres cubes du Rio Bravo, soit moins d'un quart de ce qu'il reçoit.

France 24
France 24 © France 24

Cependant, les livraisons de cette année ont été affectées par la sécheresse à laquelle les agriculteurs mexicains, en particulier dans l'État frontalier de Chihuahua, ont été soumis, ce qui a déclenché des manifestations ces dernières semaines.

Au cours de l'été, un groupe d'agriculteurs a refusé d'autoriser davantage de transferts d'eau aux États-Unis depuis l'un des barrages, affirmant qu'ils avaient besoin d'eau pour leurs propres cultures.

Nouvel accord: sauver les relations diplomatiques, mais enflammer le conflit local

L'accord avec Washington annoncé ce jeudi 22 octobre par le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, transfère la partie de l'eau qui correspond au Mexique des barrages Amistad et Falcón à la propriété américaine.

Lors de sa conférence de presse du matin, le président a souligné que cet accord "évitait une sanction" des Etats-Unis.

Le gouvernement mexicain a assuré qu'il disposait encore de suffisamment d'eau dans d'autres barrages près de la frontière pour répondre aux besoins en eau potable de 13 villes frontalières, dont Nuevo Laredo, Reynosa et Matamoros.

"Si nous avons besoin d'eau pour la consommation humaine, ils la fourniront et si nous avons une grave sécheresse, ils nous aideront également", a déclaré le président pour calmer les esprits de ceux qui voient l'approvisionnement local en eau menacé.

Bien que l'accord ait été signé par le gouvernement national, il menace d'augmenter l'amertume avec le gouvernement local d'opposition de Chihuahua, qui a rejoint la demande de ses agriculteurs, déclenchant un conflit politique entre les autorités locales et fédérales.

Avec AP, Reuters et EFE