La France

Macron s’excuse pour la « négligence » des Algériens qui ont combattu avec la France dans la guerre d’indépendance en Algérie

Le président français, Emmanuel Macron, a présenté ce lundi des excuses officielles pour « l’abandon » des combattants algériens qui ont participé à la guerre d’Indépendance aux côtés de Paris et a révélé qu’il présenterait un projet de loi pour le paiement d’indemnités et de réparations. .

« Au nom de la France, je dis aux ‘harkis’ et à leurs enfants, en toute solennité, que la République a une dette (à eux) », a-t-il déclaré, utilisant le terme qui reconnaît les Algériens qui ont combattu à côté. de France en Algérie entre 1954 et 1962.

« Aux combattants, je transmets notre gratitude. Nous ne les oublierons pas. Aux combattants abandonnés, à leurs familles, qui ont souffert dans les camps, dans les prisons, je m’excuse. Nous n’oublierons pas », a déclaré le président français lors d’une conférence de presse. bref discours.

Ainsi, elle a souligné que « l’honneur des ‘harkis’ doit être inscrit dans la mémoire nationale » et a choisi de « refermer les plaies » par « des paroles de vérité, des gestes de mémoire et des actes de justice ».

« C’est pour cette raison que le Gouvernement présentera avant la fin de l’année un projet pour inscrire dans le marbre des lois la reconnaissance et la réparation avec les ‘harkis’. Je m’y suis engagé », s’est rivé le président français.

Environ 200 000 « harkis » ont combattu dans la guerre d’indépendance sous le drapeau français, après quoi ces troupes auxiliaires ont été abandonnées par la puissance coloniale, ce qui a conduit à des actes de répression contre eux pour leur rôle dans le conflit, comme l’a recueilli les nouvelles allemandes agence DPA.

En revanche, des dizaines de milliers d’entre eux qui ont réussi à se rendre en France se sont retrouvés dans des conditions de vie épouvantables, poussant l’ancien président français Nicolas Sarkozy à reconnaître la responsabilité historique de Paris dans leur situation.

Macron lui-même a ordonné en mars la déclassification de documents jusqu’alors protégés par le secret défense avant 1971, y compris ceux relatifs à la guerre d’Algérie, bien que l’Élysée ait déclaré en janvier que la France ne s’excuserait pas pour la colonisation en Algérie.

Malgré cela, il a révélé que la France organisera des événements « symboliques » avec lesquels elle entend parvenir à une « réconciliation » entre les deux pays, après avoir analysé le rapport commandé à Stora, qui comprend des conseils pour que les deux pays parviennent enfin à se rapprocher.