La France

Macron demande des ressources pour restreindre les vidéos d’attaques terroristes publiées sur Internet

PARIS, le 15 mai. (DPA / EP) –

Le président de la France, Emmanuel Macron, a demandé à la communauté internationale de trouver des solutions pour éliminer les vidéos d’attentats terroristes que les responsables des attentats publient sur Internet.

Le président a fait cette demande lors d’un sommet sur la lutte internationale contre la diffusion en ligne d’attentats terroristes, dans un discours dédié à la mémoire du professeur Samuel Paty, assassiné mi-octobre dans un acte de terrorisme islamiste, dont le responsable se vantait de crime. sur les réseaux sociaux.

« Cela ne peut pas et ne sera pas oublié. Cela ne peut pas et ne doit pas se reproduire », a déclaré Macron dans une allocution via un lien vidéo à l’ouverture du sommet anniversaire de l’appel de Christchurch, en mémoire d’un autre événement. Terrorisme: un massacre contre une mosquée en cette ville néo-zélandaise, retransmise en direct par son responsable en tuant une cinquantaine de personnes.

« C’est à nous, démocraties et défenseurs des libertés fondamentales, de trouver les solutions appropriées », a expliqué Macron, qui a appelé en tout cas à un équilibre entre censure et libertés fondamentales.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a enregistré une déclaration pour l’événement et a parlé du « tsunami de ces discours de haine ». Les autorités britanniques ont découvert plus de 314 500 éléments de matériel terroriste sur Internet au cours de la dernière décennie.

De son côté, la Première ministre néo-zélandaise Jacina Ardern a appelé à ce qu’une attention particulière soit portée aux algorithmes de contenu, car «ils nous montrent ce que nous recherchons».

« Ces algorithmes, en eux-mêmes, ne sont pas nécessairement le problème. La question est de savoir s’ils sont utilisés de manière éthique par des entreprises » comme Facebook ou Google, a-t-il déclaré. « Nous pouvons discuter de la question de savoir si les algorithmes emmènent ou non les gens dans des endroits dangereux. Mais en fin de compte, ce que nous voulons, ce sont des citoyens conscients qu’ils sont confrontés à un monde connecté en ligne », a-t-il conclu.

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a également participé à la réunion, qui a proposé une série d’outils nécessaires pour lutter contre la radicalisation et l’extrémisme violent dans les réseaux sociaux et a défendu que cette tâche est une « priorité » pour l’exécutif espagnol, qu’il l’a incarné dans la Stratégie nationale contre le terrorisme.

gestioninclusive@gmail.com