La France

Macron annonce que les forces françaises ont « neutralisé » le chef de l’Etat islamique dans le Grand Sahara

Le président français, Emmanuel Macron, a annoncé ce jeudi que les forces françaises avaient « neutralisé » le chef du groupe terroriste État islamique dans le Grand Sahara (EIGS), Adnan Abu Walid al Saharaui.

C’est ce qu’a indiqué Macron via son profil Twitter, bien qu’il n’ait pas donné plus de détails sur l’opération, qu’il a qualifiée d' »autre grand succès » pour la France dans la « lutte contre les groupes terroristes au Sahel ».

« La France pense ce soir à tous ses héros morts pour la France au Sahel dans les opérations ‘Serval’ et ‘Barkhane’, aux familles au cœur brisé et à tous leurs blessés. Leur sacrifice n’est pas vain. Avec nos partenaires africains, européens et américains, nous continuerons ce combat », a ajouté le président français.

La branche État islamique au Sahel a été créée en mars 2015, au plus fort de l’expansion du « califat » qu’Abou Bakr al Baghdadi avait proclamé en juin 2014 et a sa zone d’opérations dans la zone des trois frontières ou Liptako-Gourma, où convergent le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Adnan Abu Walid al Saharaui, jusqu’à présent leader du groupe terroriste, est d’origine sahraouie. Il est né à El Aaiún, au Sahara occidental, mais lui et sa famille déménageront plus tard dans des camps de réfugiés à Tindouf, en Algérie. Ici, il a rejoint le Front Polisario, bien qu’il n’y ait aucune information sur sa vie dans les années 1990 et le début des années 2000.

Vers 2012, il fait partie du Mouvement pour l’unité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUYAO), dont les fondateurs des années auparavant étaient d’anciens membres d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) qui souhaitaient créer une unité composée de combattants. nord du Mali.

Al Saharaui est devenu le porte-parole du MUYAO, jusqu’à ce qu’en août 2013 soit annoncée la fusion de ce groupe avec celui commandé par le célèbre djihadiste algérien Mojtar Belmojtar, créant ainsi Al Murabitún.

Lorsqu’en 2015, Al Sahraoui jure unilatéralement la fidélité du groupe à l’État islamique, Belmojtar rompt avec lui et maintient sa loyauté envers Al-Qaïda. C’est à ce moment-là que l’État islamique voit officiellement le jour dans le Grand Sahara. Al Saharaui est responsable d’attaques meurtrières contre des dizaines de civils et de forces dans la région.