MADRID, 29 décembre (EUROPA PRESS) –

L’Iran a critiqué vendredi les Etats-Unis, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni pour avoir « déformé la réalité » sur l’objectif « pacifique » de son programme nucléaire, après avoir condamné Téhéran pour avoir accéléré la production d’uranium enrichi à 60%.

« Il est très ridicule que les pays responsables de l’état actuel du programme nucléaire iranien cherchent à déformer la réalité pour changer le coupable et la victime », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Naser Kanani.

Ainsi, il a exhorté les quatre pays occidentaux à « revoir leurs performances dans les négociations pour lever les sanctions » contre Téhéran et a souligné que, précisément en raison du retrait de l’accord nucléaire par les États-Unis, aucun pays n’est qualifié pour critiquer l’Iran sur ce point. l’affaire, selon l’agence de presse IRNA.

« L’enrichissement au niveau habituel de 60 pour cent a toujours été et continuera d’être conforme aux besoins pacifiques du pays et entièrement sous la supervision de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) », a conclu Kanani.

Cela intervient après que les États-Unis, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont critiqué le fait que l’augmentation de la production d’uranium enrichi de Téhéran n’a « aucune justification crédible » après plusieurs mois de ralentissement.

« Ces décisions démontrent le manque de bonne volonté de l’Iran en faveur de la détente et représentent un comportement imprudent dans un contexte régional tendu », ont-ils déclaré la veille dans un communiqué commun publié par le département d’Etat américain.

En 2015, plusieurs pays ont conclu un accord avec l’Iran pour que l’enrichissement de l’uranium ne dépasse pas 4 % en échange de la levée des sanctions imposées par le Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis et l’Union européenne.

Cependant, en mai 2018, les États-Unis ont abandonné l’accord et rétabli des sanctions contre l’Iran, estimant que ce pays violait l’accord et développait des armes nucléaires. Les autres pays – la Russie, le Royaume-Uni, la Chine, la France et l’Allemagne – se sont déclarés disposés à maintenir l’accord.

A lire également