Economie

« Les plateformes sociales régulent le mot tout le temps »

La récente fermeture de Twitter au compte du président Donald Trump, accusé d’incitation à la violence après l’attaque de ses partisans sur le Capitole, et la suspension temporaire de ses comptes sur Facebook et YouTube, ont réactivé le débat sur le pouvoir qu’ils détiennent. ces plateformes privées sur le débat public. Certains les accusent de laxisme et d’autres voient dans cette censure privée une atteinte à la liberté d’expression. Entretien avec Pablo Boczkowski, professeur en communication numérique à la Northwestern University, près de Chicago, aux États-Unis.

RFI: Comment analysez-vous la décision de Twitter de fermer le compte de Donald Trump?

Pablo Boczkowski: Je pense que c’est un symptôme de notre époque. Cela nous amène à nous demander vraiment qui nous voulons réguler la communication. Voulons-nous que les entreprises privées le fassent, ou voulons-nous que l’État le fasse – par exemple par l’intermédiaire de l’un des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire – ou une combinaison des deux?

RFI: Cela semble être un droit de communiquer via ces réseaux sociaux, mais pour cela nous dépendons d’une entreprise privée …

PB: C’est Correct. Juste une analogie: nous utilisons la voiture pour nous transporter et si nous devions faire le parallèle avec Twitter, ce serait, par exemple, de laisser aux constructeurs automobiles le soin de décider des règles de circulation ou de décider des niveaux de pollution générés par l’utilisation de la voiture.

Alors que nous recrutons par une entreprise privée, peut-être que l’utilisation des réseaux et de la communication numérique pour la vie quotidienne est devenue si importante qu’ils sont traités un peu comme un bien public, fourni en partie par des entreprises privées … se demander combien la régulation relève de la responsabilité de l’État, qui a le bien commun comme logique fondamentale et qui a une logique de responsabilité basée sur le processus électoral, au moins dans les sociétés démocratiques, par rapport à l’entreprise privée dont la logique principale est la maximisation du profit et responsabilité envers ses actionnaires et non envers les citoyens.

RFI: Comment des plateformes comme Twitter influencent-elles déjà de facto le débat public aujourd’hui?

PB: Les plates-formes régulent le mot tout le temps. D’abord, par une combinaison de ressources algorithmiques qui filtrent et indiquent certains postes – non seulement politiques mais aussi artistiques, etc. – comme potentiellement problématiques et ensuite les plateformes comptent des dizaines de milliers d’employés, parfois directs et parfois externalisés en général dans les pays de les voies de développement, qui, au rythme d’une publication problématique toutes les X secondes, déterminent si quelque chose est publié ou non.

Ce n’est pas qu’il n’y a pas de régulation du mot sur les plateformes, il y en a. Mais nous le déléguons à des plateformes qui ont une certaine logique.

Il me semble qu’un événement comme la clôture du compte d’un président des États-Unis nous amène à nous demander si nous voulons que cela continue comme ça ou si nous voulons qu’il y en ait un peu plus ou beaucoup plus – et différents pays peuvent prendre des décisions différentes – de régulation et présence de l’Etat dans la communication numérique.

RFI: Quels sont les indices pour le moment pour une régulation plus démocratique des médias sociaux? Il y a un projet de réglementation européenne …

PB: Oui, il y a des intérêts différents de différents pays. Il me semble qu’une question très importante à comprendre est que ces réseaux fonctionnent au-delà d’un certain pays, les grands se trouvent dans presque tous les pays du monde, mais les réglementations sont nationales ou régionales, comme dans le cas de l’Union européenne. Et cela complique la question car il y a des messages qui sont parfois publiés dans une juridiction mais qui sont considérés comme offensants dans une autre.

Il existe également des traités internationaux que certains pays signent, mais tous ne signent pas tous les traités. C’est pourquoi c’est un sujet très complexe et il est important d’avoir cette conversation activement.

Car les réseaux, et les outils numériques en général, ne sont plus des objets que l’on utilise pour une chose et arrête de les utiliser pour une autre. Ils sont vraiment devenus comme un environnement, un environnement, comme l’environnement urbain que nous avons construit, qui influence presque tous les aspects de l’expérience sociale. Surtout, il faut commencer à imaginer un débat sérieux tant au niveau national que mondial.

Et pourquoi cela n’arrive-t-il pas jusqu’à présent? Pourquoi GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) est-il trop puissant?

PB: Il y a un certain nombre de facteurs, mais disons que les entreprises ne préfèrent pas forcément être réglementées, exerçant ainsi une certaine pression contre cette idée, et aussi qu’au niveau international la coopération est parfois beaucoup plus difficile à mettre en pratique qu’à énoncer. .

Cette interview a été initialement publiée sur RFI

gestioninclusive@gmail.com