Economie

Les femmes en Afghanistan représentent 21,76 % du marché du travail

Lors de leur dernière arrivée au pouvoir entre 1996 et 2001, les talibans ont strictement appliqué leur interprétation ultra-conservatrice de l’islam, notamment en interdisant aux femmes d’aller à l’école ou de travailler. Mais après 2001, la situation a changé.

Au cours des 20 dernières années, les 14 millions de femmes afghanes ont accompli beaucoup de choses et les changements au niveau économique étaient notoires. Leur participation au marché du travail en 2001 était de 14,99 % et en 2019 elle était déjà de 21,76 %, selon la Banque mondiale.

En ce sens, l’Afghanistan est au niveau de pays comme la Somalie, l’Arabie saoudite, le Pakistan et le Maroc, et encore plus représentatif que des pays comme l’Inde, l’Égypte, l’Iran ou le Yémen, même s’il est encore bien en deçà des moyennes mondiales.

Selon l’organisation multilatérale, la moyenne mondiale de la participation des femmes sur le marché du travail est de 47%, mais en Asie du Sud, ce chiffre tombe à 24%, juste au-dessus de la région arabe et de l’Afrique du Nord.

France 24
France 24 ©France24

Femmes, propriétaires de 5% des entreprises en Afghanistan

À l’époque du contrôle des talibans, les femmes n’avaient pas le droit d’étudier ou de travailler et devaient être accompagnées d’un homme lorsqu’elles sortaient de la maison, se couvrant le visage avec la burqa.

Mais après 2001, après le renversement du groupe islamiste par la coalition occidentale, les femmes occupaient de plus en plus de postes dans tous les domaines de la vie, de la politique à la police. La nouvelle scène a ouvert des portes même dans le domaine des affaires.

France 24
France 24 ©France24

Le nombre d’entreprises dirigées par des femmes a augmenté, même si elles restent une petite minorité : seulement 5 % des propriétaires, selon les données de l’Inspection générale des États-Unis pour la reconstruction de l’Afghanistan (Sigar pour son acronyme en anglais).

« La disparité entre les sexes reste l’une des caractéristiques les plus persistantes de la main-d’œuvre afghane », note un rapport de Sigar.

En revanche, le pourcentage de femmes dans l’administration publique est passé de 18 % en 2007 à 25 % en 2019.

Ce qui vient après le retrait des troupes occidentales

Avec le retrait des forces occidentales d’Afghanistan, la question se pose de savoir ce qu’il adviendra exactement des gains réalisés par les femmes au cours des 20 dernières années.

La porte-parole du bureau politique des talibans au Qatar, Suhail Shaheen, avait assuré quelques jours auparavant que les femmes pourront continuer à profiter de leur travail et de leurs études, bien que dans le cadre de la loi islamique, également connue sous le nom de charia.

Cependant, étant donné le bilan des talibans, leurs assurances que les femmes seraient autorisées à travailler ont été accueillies avec scepticisme.

Taranom Seyedi, une militante des droits des femmes, a déclaré que « les femmes ont perdu tout ce qu’elles avaient. Ce que nous avons entendu jusqu’à présent, c’est que les femmes auront leurs droits et pourront travailler, mais ce ne sont que des mots. Je suis sûr que la vie va changer « ça va devenir plus difficile et pas plus facile. Vivre en Afghanistan sera très difficile pour les femmes », dit-il.

Avec Reuters et Bloomberg