Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine

Ce mardi, les États-Unis se sont opposés à l'envoi de troupes américaines en Ukraine pour combattre l'armée russe suite aux propos du président français Emmanuel Macron, qui a ouvert la porte à un déploiement de troupes malgré l'absence de consensus au sein de l'Alliance atlantique.

Le porte-parole du Département d'État américain, Matthew Miller, a souligné lors d'une conférence de presse que le président américain, Joe Biden, « a clairement fait savoir, même deux ans avant le début de l'invasion russe de l'Ukraine, qu'il n'enverrait pas de troupes ». « Les Américains doivent se battre » sur le territoire ukrainien.

Interrogé sur un éventuel débat sur la question au sein de l'Alliance atlantique, Miller a indiqué que « chaque pays est libre de parler selon ses propres intérêts », même si Biden et le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, ont indiqué qu'il n'y avait aucun projet. envoyer des troupes de combat en Ukraine.

« La situation est extrêmement grave en ce moment. Nous avons vu les troupes ukrainiennes de première ligne qui ne disposent pas du matériel nécessaire pour repousser les combats. Elles se battent toujours avec courage. Elles se battent toujours avec courage », a-t-il expliqué.

De même, Miller a souligné que les forces armées ukrainiennes « rationnent » les armes, c'est pourquoi il a appelé le Congrès à parvenir à un accord pour sortir du blocus politique, fondamentalement soutenu par l'aile républicaine, qui demande d'abord de s'occuper des fonds. pour la politique d'immigration.

« Nous espérons que le reste de l'année, les forces ukrainiennes continueront à se battre courageusement et à avancer comme elles l'ont fait de manière plus significative en mer Noire, mais ce sera beaucoup plus difficile pour elles (sans aide) », a-t-il insisté.

Ce mardi, les autorités de plusieurs États membres de l'Otan ont exclu l'envoi de troupes en Ukraine dans le contexte de l'invasion russe du territoire, notamment l'Espagne, l'Allemagne, la Finlande, la Pologne et la Suède.

Lors d'une conférence de presse à Paris à l'issue de la Conférence de soutien à l'Ukraine à laquelle ont participé les dirigeants internationaux, le président français a déclaré que le pays « fera tout ce qui est nécessaire pour que la Russie ne gagne pas cette guerre », allant jusqu'à mettre sur la table l'option de déployer des troupes françaises au front, au moment où l'Ukraine perd des positions, faute de munitions et de forces.

A lire également