Le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont condamné vendredi le lancement par l’Iran de son premier satellite à une hauteur orbitale de 750 kilomètres à partir d’une fusée à combustible solide modèle Qaem 100, développée par les Gardiens de la révolution iraniens.

« Nous condamnons ce lancement, car ce véhicule utilise une technologie essentielle pour le développement d’un système de missile balistique à longue portée. L’Iran continue de développer son programme de missiles malgré les appels internationaux répétés et après des années passées à ignorer les demandes de l’ONU », ont-ils déclaré dans un communiqué commun. envoyé par le gouvernement britannique.

De même, ils ont rappelé que ce type de lancements « permettent à l’Iran de tester une technologie qui pourrait être utilisée pour continuer à développer son programme de missiles balistiques », ce qui « constitue une menace importante pour la sécurité régionale et internationale ».

« Les gouvernements de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni restent déterminés à prendre des mesures diplomatiques pour empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires et à tenir l’Iran pour responsable de ses activités déstabilisatrices dans la région », ont-ils conclu.

« Soraya », identifié par les autorités iraniennes comme « un satellite de recherche », a atteint l’orbite établie samedi dernier après un voyage de onze minutes. Le lancement a eu lieu en présence du commandant en chef des Gardes, le général Hosein Salami, et du chef de la division aérospatiale de l’organisation, le général Amir Ali Hajizadeh.

A lire également