La France

Le Pen et Hidalgo aspirent à être les présidents de la France à partir de 2022

Marine Le Pen, leader de l’extrême droite française ; et Anne Hidalgo, maire de Paris se disant sociale-démocrate, ont confirmé dimanche leur candidature à l’élection présidentielle française. Les sondages placent Le Pen au second tour, tandis qu’Hidalgo doit d’abord remporter l’investiture du Parti socialiste. En attendant, il est possible que le président actuel Emmanuel Macron se présente à nouveau.

L’extrême droite Marine Le Pen a confirmé sa candidature à l’élection présidentielle française qui se tiendra en 2022. Elle a remis ce dimanche le commandement de son parti Groupement national à Jordan Bardella, un député de 25 ans.

Dans un discours qu’il a prononcé depuis le sud-est du pays gaulois, Le Pen a déclaré en référence à Bardella : « Je vois ici un symbole magnifique pour notre mouvement. La marque de notre confiance dans la jeunesse de notre pays. »

Parmi ses principales propositions en tant que candidate à la présidentielle figure le contrôle de l’immigration. Pour ce faire, Le Pen envisage d’organiser un référendum pour consulter les Français sur d’éventuelles restrictions à l’entrée des migrants en France, limiter l’acquisition de la nationalité française et expulser ceux qui n’ont pas régularisé leur séjour dans le pays.

Bien que ses détracteurs aient souligné que l’extrême droite stigmatisait les communautés musulmanes vivant en France, Le Pen a de nouveau fait référence à ce qu’elle a appelé les « parties de la France qui ont été talibanisées » et a juré d’être sévère à ce sujet.

« En France, les Français ont le droit de vivre comme des Français. Les criminels français iront en prison et les étrangers dans l’avion », a-t-il déclaré pour expliquer un projet de loi sur l’immigration qu’il assure présenter cette année.

Le Pen a également profité de son discours pour critiquer le président Emmanuel Macron pour sa gestion de la pandémie de Covid-19. Par exemple, il a pris ses distances avec le pass sanitaire contre lequel des milliers de Français protestent depuis neuf semaines.

Depuis le milieu de cette semaine, Le Pen a assuré au média ‘Le Figaro’ que s’il remportait les élections présidentielles de 2022, il nationaliserait les autoroutes françaises et privatiserait les chaînes publiques de radio et de télévision.

Pour l’instant, les sondages placent le leader de l’extrême droite au second tour avec l’actuel président Emmanuel Macron, qui n’a pas confirmé s’il briguera ou non sa réélection. Mais Le Pen a déjà perdu face à Macron lors des élections présidentielles de 2017 et son parti a subi un revers important lors des élections locales de 2021, sans l’emporter dans aucune région.

Marine Le Pen fait un geste lors d'un discours, lors d'un rassemblement national à Fréjus, en France, le dimanche 12 septembre 2021.
Marine Le Pen fait un geste lors d’un discours, lors d’un rassemblement national à Fréjus, en France, le dimanche 12 septembre 2021. © Daniel Cole / AP

De plus, Le Pen n’est peut-être pas le seul candidat de la droite, comme pourrait également y aspirer le journaliste Eric Zemmour, qui serait un grand rival à vaincre après la notoriété qu’il s’est acquise à l’extrême droite pour ses tirades contre les musulmans. Il y a aussi la droite Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France (où se situe Paris) et qui s’est opposée aux alliances avec Le Pen. Et ils ne sont pas les seuls candidats à battre.

Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris, se joint à la contestation pour le siège présidentiel

Une autre femme aspire au Palais Elíseo : Anne Hidalgo. La maire de la ville de Paris depuis 2014 a annoncé sa candidature à la présidentielle ce dimanche depuis la ville de Rouen, dans le nord de la France.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, applaudit alors qu'elle assiste à une cérémonie avec la délégation paralympique française, devant l'hôtel de ville de Paris, France, le 6 septembre 2021.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, applaudit alors qu’elle assiste à une cérémonie avec la délégation paralympique française, devant l’hôtel de ville de Paris, France, le 6 septembre 2021. © REUTERS / Eric Gaillard

Pour la candidature officielle, elle doit encore remporter l’investiture du Parti socialiste, bien qu’elle soit la grande favorite de cette communauté.

Durant les années qu’elle a gouverné la capitale française, elle s’est caractérisée par ses propositions écologiques, qui ont profité, par exemple, aux cyclistes et aux espaces verts parisiens.

Deux de ses principaux succès en tant que maire ont été visibles à l’international. En 2015, et sous son mandat, Paris a accueilli le sommet historique de la COP21, au cours duquel des centaines de pays se sont mis d’accord sur l’accord sur le climat qui vise à réduire les émissions de gaz carbonique. Une autre des réalisations auxquelles il a participé a été la candidature que la capitale française a remportée pour accueillir les Jeux olympiques de 2024.

Mais les sept années que Hidalgo est au pouvoir n’ont pas été entièrement faciles. L’un des plus grands défis auxquels elle a été confrontée a été la série d’attentats terroristes de 2015 qui ont marqué l’histoire de France, l’incendie de la cathédrale Notre-Dame en 2019 et la crise déclenchée par la pandémie de Covid-19.

Si son parti lui donne l’aval dont il a besoin, Hidalgo affrontera Le Pen aux urnes.

Avec EFE, AP et Reuters