Le parquet français ouvre une enquête sur TotalEnergies pour négligence dans l'assistance lors d'une attaque jihadiste au Mozambique

Le parquet français enquête sur la société TotalEnergies pour possible homicide involontaire pour avoir commis une éventuelle négligence dans l'aide lors d'une attaque jihadiste survenue il y a trois ans au Mozambique.

L'enquête fait suite à une plainte déposée en octobre dernier par des proches des victimes et survivants de l'attaque de Cabo Delgado, alléguant que le géant français de l'énergie n'avait pas protégé ses sous-traitants.

Le document du parquet de Nanterre, recueilli par l'AFP puis par Bloomberg, affirme que TotalEnergies, qui développait un projet de gaz naturel liquéfié dans la région, n'a pas fourni de carburant pour que les hélicoptères puissent évacuer les civils lors de l'attaque.

Les islamistes, membres d'un groupe connu sous le nom d'Al Shabaab – sans lien avec le groupe jihadiste somalien – ou du nom d'Al Sunna wa Jamaa, lié à l'État islamique, ont fait des dizaines de morts lors de leur assaut en mars 2021 sur la ville. ​de Palma, où Total mène un projet d'investissement étranger de 20 milliards de dollars dans son usine de gaz naturel liquéfié sur la péninsule d'Afungi.

Un porte-parole de TotalEnergies a déclaré qu'il « rejette fermement ces allégations » et que les équipes de l'entreprise au Mozambique ont fourni une aide urgente pour évacuer 2 500 personnes de la centrale, dont des civils, du personnel, des entrepreneurs et sous-traitants.

Les procureurs ont recueilli les observations de l'entreprise et des plaignants et évalueront ultérieurement s'il existe des motifs d'enquêter.

A lire également