Ecologie

L’année où de nouveaux objectifs de biodiversité pourraient être fixés

Le 22 mai, la Journée mondiale de la diversité biologique a été célébrée et, bien qu’il s’agisse d’une commémoration qui a lieu chaque année, en 2021 c’est différent car en octobre le nouveau cadre pourrait être créé pour lutter contre la perte de biodiversité dans le monde. Au cours de ce mois, la conférence des Nations Unies sur la diversité biologique se tiendra à Kumming, en Chine.

2020 allait être l’année clé en termes environnementaux car c’était celle de l’élaboration des nouveaux plans ambitieux face au changement climatique et à la biodiversité. Mais la pandémie a tout retardé et c’est maintenant 2021 l’année où seront définies les lignes directrices à suivre sur les deux enjeux environnementaux les plus problématiques.

Tout comme, d’une part, les pays présenteront leurs engagements en matière de changement climatique dans l’Accord de Paris; D’autre part, le nouveau Cadre mondial pour la diversité biologique devrait être créé après 2020. Cela pourrait avoir lieu lors de la COP15 sur la biodiversité, un sommet qui se tiendra en octobre de cette année dans la ville chinoise de Kumming.

Un projet de document existe déjà et, selon cela, l’objectif sera que d’ici 2050, l’humanité puisse vivre en harmonie avec la nature. Bien que les tâches spécifiques pour y parvenir n’aient pas encore été établies, le projet parle d’augmenter la superficie des écosystèmes naturels, de réduire le nombre d’espèces menacées et de partager de manière juste et équitable les avantages tirés de l’utilisation des ressources génétiques. ., entre autres objectifs.

Mais ce n’est pas une tâche facile et encore moins sachant que les objectifs décennaux que les pays membres de la Convention sur la diversité biologique s’étaient fixés n’ont pas été pleinement atteints. Depuis 2010, les Objectifs d’Aichi bien connus ont été créés, qui étaient 20 points avec des tâches spécifiques à réaliser pendant une décennie pour sauver la biodiversité. Ces objectifs comprenaient, par exemple, la réduction d’au moins la moitié de la perte d’habitats naturels, la prévention de l’extinction d’espèces menacées d’extinction ou l’augmentation de l’argent dépensé pour lutter contre la perte de biodiversité.

Cependant, le temps a été respecté et seuls six des 20 objectifs ont été partiellement atteints, selon l’Accord. Luis Germán Naranjo, directeur de la conservation et de la gouvernance du WWF Colombie, a expliqué à France 24 que l’une des raisons pour lesquelles les objectifs de biodiversité n’étaient pas atteints était le conflit d’intérêts.

«La réalisation partielle des objectifs d’Aichi est fondamentalement une conséquence du conflit d’intérêts qui existe entre la poursuite du développement économique conventionnel par les pays et les engagements de sauvegarde de la biodiversité. Le soutien et les ressources consacrés à la conservation de la biodiversité sont beaucoup plus limités », a déclaré Naranjo.

Cela a contribué à accélérer la perte de biodiversité. Le rapport WWF Living Planet 2020 a déterminé qu’entre 1970 et 2016, 68% des mammifères, oiseaux, amphibiens, reptiles et poissons ont été perdus dans le monde. Alors que la plate-forme scientifique et normative intergouvernementale sur la diversité biologique et les services écosystémiques, des Nations Unies, soutient qu’environ un million d’espèces animales et végétales sont en danger d’extinction. La raison principale en est, selon la plate-forme, le changement d’utilisation des terres, car de plus en plus d’habitats deviennent des terres agricoles ou des mers surexploitées.

Plus qu’une perte environnementale, la réduction de la biodiversité affecte directement la santé humaine, la sécurité et même l’alimentation. «La biodiversité est la base de notre subsistance. La biodiversité rend possible la résilience des écosystèmes aux catastrophes naturelles. Par exemple, les mangroves tamponnent et préviennent une grande partie des dommages causés par l’érosion côtière. Enfin, la biodiversité est la base génétique des aliments que nous consommons. Sans biodiversité, nous n’avons pas de sécurité alimentaire », selon Naranjo.

Sept démons de Tasmanie sont nés en Australie continentale après 3000 ans d’extinction là-bas

L’importance des écosystèmes et de la conservation des espèces est telle que, par exemple, en Australie, un projet a été développé pour protéger l’un des animaux les plus menacés: le diable de Tasmanie.

En octobre 2020, l’organisation Aussie Ark et plusieurs groupes de conservation ont amené 26 de ces marsupiaux carnivores au sanctuaire de Barrington Tops, au nord de Sydney et les résultats sont maintenant en vue.

Un diable de Tasmanie au sanctuaire de l'arche du diable à Barrington Tops sur le continent australien.  Photo prise le 17 novembre 2015.
Un diable de Tasmanie au sanctuaire de l’arche du diable à Barrington Tops sur le continent australien. Photo prise le 17 novembre 2015. © Jason Reed / Reuters

Cette semaine sept diables de Tasmanie sont nés et bien que ce ne soit pas un grand nombre, c’est très représentatif car en Australie continentale, cet animal a disparu il y a plus de 3000 ans.

gestioninclusive@gmail.com