La France

L’ambassadeur de France en Biélorussie quitte le pays à la demande de Minsk

L’ambassadeur de France en Biélorussie, Nicolas de Bouillane de Lacoste, a quitté le pays après que Minsk lui a demandé de quitter le territoire biélorusse sans que les raisons en aient été divulguées.

Dans un communiqué, le ministère français des Affaires étrangères a précisé que De Bouillane a quitté la Biélorussie « après la décision unilatérale des autorités biélorusses de mettre fin à l’agrément qui lui avait été délivré le 31 août 2020 ».

« Conformément à la position commune européenne de ne pas reconnaître la légitimité du résultat des élections présidentielles d’août 2020, l’ambassadeur de France n’avait pas présenté ses lettres de créance », précise le texte.

Pour les autorités françaises, la décision du gouvernement biélorusse est « injustifiée » et s’inscrit dans la lignée d’autres mesures « négatives » prises récemment. Ils ont également indiqué qu’ils prendraient des mesures « similaires » et « proportionnées » concernant la représentation diplomatique de la Biélorussie en France.

Ainsi, il a confirmé que l’ambassadeur de France jusqu’à présent « assumera à partir du 18 octobre le poste d’envoyé spécial pour la Biélorussie » tout en continuant à travailler avec l’ambassade « aux côtés du peuple biélorusse ». « La France, comme elle le fait depuis août 2020, en relation étroite et en cohérence avec les positions définies avec ses partenaires de l’Union européenne, continuera à œuvrer en faveur d’une solution politique et durable à la crise en Biélorussie », a-t-il ajouté. Ministère affirmé. .

Peu de temps auparavant, les médias biélorusses avaient rapporté que l’ambassadeur n’avait pas présenté ses lettres de créance au président biélorusse, Alexandre Loukachenko, ce qui aurait conduit à son départ.

Pour sa part, le ministère biélorusse des Affaires étrangères a annoncé avoir appelé l’ambassadeur de Biélorussie en France, Igor Fisenko, pour des consultations sur la question. « Nous regrettons sincèrement cette position de nos collègues français et nous tenons à souligner que nous avons été contraints de prendre cette mesure », a déclaré le ministère dans une brève note dans laquelle il soulignait que Minsk est intéressé par « le rétablissement du plein fonctionnement des deux missions « .

La France, comme d’autres pays de l’Union européenne, n’a pas reconnu les résultats des élections présidentielles d’août dernier, avec lesquelles Loukachenko a remporté un sixième mandat à la tête du pays.

Depuis lors, le bloc communautaire a adopté des paquets de sanctions contre le gouvernement biélorusse en réponse à la répression exercée lors des manifestations post-électorales.

Cependant, les autorités biélorusses ont réussi à mettre un terme aux manifestations, bien que cela ait conduit à l’emprisonnement de centaines d’opposants et à la fermeture de médias et de plusieurs ONG. Des organisations de défense des droits de l’homme ont averti que tous les dirigeants de l’opposition ont été emprisonnés ou contraints à l’exil.