La France

L’Allemagne et la France demandent à leurs citoyens de quitter l’Éthiopie et l’ONU relocalise les familles de son personnel

L’Allemagne et la France ont demandé à leurs citoyens de quitter l’Éthiopie « sans délai » face à l’escalade de la violence due au conflit entre les forces gouvernementales éthiopiennes et les rebelles du Front populaire de libération du Tigré (TPFL), qui se rapproche de plus en plus de la consommation le territoire.

Les pays européens ont été les derniers à se joindre à ces demandes, comme l’ont déjà fait les États-Unis ou le Royaume-Uni, qui ont appelé leurs ressortissants à embarquer sur des vols commerciaux pour quitter le pays africain avant que la situation ne s’aggrave, tout en se retirant non -le personnel essentiel de leurs ambassades.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a ordonné mardi aux Allemands se trouvant sur le territoire éthiopien de partir sur ces vols disponibles, tandis que la diplomatie française a appelé ses citoyens à quitter le pays « sans délai ».

De même, le ministère français des Affaires étrangères a déconseillé tout voyage dans ce pays, ainsi que le « transit » à l’aéroport international de la capitale, Addis-Abeba, sauf pour quitter le territoire.

Par mesure « de précaution », l’ONU a décidé de « réduire sa présence dans le pays » avec la « relocalisation temporaire de toutes les personnes à charge qui remplissent les conditions nécessaires », en référence aux familles du personnel international, comme l’a souligné le porte-parole. .du Secrétariat Général, Stéphane Dujarric.

« Il est important de noter que le personnel restera en Éthiopie pour remplir nos mandats », a précisé le porte-parole, qui a déclaré que l’organisation surveillera la situation au fur et à mesure de son évolution « en tenant compte de la sécurité du personnel et de la nécessité de poursuivre les opérations . « .

Selon le réseau BBC, selon un document de sécurité interne de l’ONU, les membres éligibles des familles du personnel seront évacués du pays avant ce jeudi 25 novembre.

La situation s’aggrave dans le pays, où le Premier ministre Abiy Ahmed a déclaré lundi soir qu’il rejoindrait l’armée pour défendre le pays « des ennemis intérieurs et extérieurs », tout en appelant les Éthiopiens à rejoindre les forces armées pour faire face aux avancées du TPLF.

Le gouvernement éthiopien a décrété l’état d’urgence début novembre face à ces avancées du groupe, qui a réussi à prendre le contrôle de plusieurs villes de la région d’Amhara, dans une extension du conflit déclenché il y a plus d’un an en Tigré.

Le conflit en Éthiopie a commencé le 4 novembre 2020 lorsqu’Abiy a ordonné une offensive militaire en représailles à l’attaque contre la base de l’armée dans la capitale du Tigré, Mekelle, après des mois de tension entre le TPLF et le gouvernement central à propos du report. parlementaires, finalement organisée en juin et au cours de laquelle Abiy a remporté une victoire écrasante face aux appels au boycott et à l’absence de vote dans plusieurs régions – dont le Tigré – en raison de l’insécurité.