Sport

« La Super League crache au visage de ceux qui aiment le football », déclare le président de l’UEFA

L’UEFA, en tant qu’instance dirigeante du football européen, a réagi à l’intention de 12 clubs, considérés comme les plus puissants économiquement, de lancer une compétition qui serait en contradiction avec les statuts actuels qui régissent le football mondial. L’organisation a le soutien des partisans, des gouvernements et des fédérations qui ont qualifié l’initiative de «séparatiste».

Dimanche 18 avril sera marqué comme le jour où 12 clubs de football européens (Real Madrid, Barcelone, Atlético, Milan, Arsenal, Chelsea, Inter, Juve, Liverpool, Manchester City, Manchester United et Tottenham) ont déclaré la guerre à l’un des les confédérations de football les plus puissantes du monde, l’UEFA.

Ces équipes ont décidé de mener une initiative qui était un secret de polichinelle depuis des années: la Super League, un tournoi qui, de par ses caractéristiques, impliquerait une confrontation avec les formats actuels de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, compétitions dans lesquelles les clubs de L’Europe y participe en raison de ses mérites sportifs.


Le 19 avril, 24 heures après la révélation de la déclaration fondatrice de la Superliga, le slovène Aleksander Ceferin, président de l’UEFA (l’instance dirigeante du football en Europe) a évoqué la situation et a notamment annoncé que des sanctions étaient envisagées pour les clubs. promouvoir l’initiative.

« Nous évaluons la situation avec notre équipe juridique. Il est encore tôt car ils l’ont annoncé hier soir. Nous allons imposer toutes les sanctions que nous pouvons dès que possible, les retirer de toutes les compétitions et interdire aux joueurs de participer à notre compétitions », a déclaré Ceferin.

De la même manière, il a mis en garde les joueurs sur les sanctions qui pourraient tomber en cas de participation au projet de compétition.

« Comme annoncé par la FIFA et les six confédérations continentales (UEFA, Conmebol, CAF, AFC, Concacaf et OFC), les joueurs qui participent à la ligue fermée (Superliga) ne pourront pas représenter leurs équipes nationales, donc ils ne pourront pas jouer la Coupe du monde et l’Euro », a-t-il ajouté.

Les gouvernements européens élèvent la voix contre le projet

Ceferin a décrit le projet de Superliga comme «le résultat de l’avidité, de l’égoïsme et du narcissisme de certains». De plus, le tournoi a été défini comme une «ligue fermée», où les 12 clubs fondateurs sont garantis leur participation (ils s’attendent à avoir 15 ans) et d’autres seraient inclus pour leurs mérites sportifs.

La situation, considérée comme exclusive par certains dirigeants européens, a provoqué des déclarations au plus haut niveau.

«Nous devons défendre un modèle européen de sport basé sur des valeurs, basé sur la diversité et l’inclusion. Il n’y a pas de marge pour la réserver aux quelques clubs riches et puissants qui veulent resserrer les liens », a déclaré Margaritis Schinas, commissaire à la promotion du style de vie européen.


Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni, a également pris la parole à cet égard, qualifiant l’action de « plans nuisibles pour le football ».

En Espagne, la position du gouvernement a été différente et le ministre de la Culture et des Sports, José Manuel Rodríguez Uribes, a exprimé sa volonté d’écouter les parties afin de parvenir à un accord.

« Nous avons des principes, des idées, nos propres critères, mais je veux écouter tout le monde pour voir ce qu’ils proposent vraiment », a déclaré le ministre qui a ajouté que « en tant que gouvernement, son intention est que la ligue de football en Espagne ne soit pas dévalorisée.

De son côté, à travers un communiqué de l’Elysée, le soutien du président français au refus des clubs de son pays de participer au projet était connu. « Le président de la République salue la position des clubs français de refuser de participer à un projet de Super League européenne de football, menaçant le principe de solidarité et de mérite sportif. »

Karl-Heinz Rummenigge, PDG du Bayern Munich, s’est exprimé dans le même sens, expliquant clairement la position du club dans sa participation à l’initiative.

« Le FC Bayern n’a pas participé à la planification d’une Super League et salue les réformes de la Ligue des champions car nous pensons qu’elles sont la bonne étape pour le développement du football européen (…) Je ne crois pas que la Super League le fera. résoudre les problèmes de coûts financiers des clubs européens causés par le coronavirus. Au contraire, tous les clubs européens devraient travailler de manière solidaire pour s’assurer que la structure des coûts, en particulier les salaires des joueurs et les honoraires des agents, soit en ligne avec les revenus pour rendre le football européen plus rationnel », a rapporté le club.

Ceferin, qui a remercié le soutien des dirigeants européens et d’une partie des supporters qui se sont opposés à l’initiative, n’exclut pas qu’il puisse y avoir une solution raisonnable et a donné un nouvel accueil aux clubs qui renoncent au projet.

Manchester United et la Juventus commencent à gagner économiquement

Selon Ceferin, l’idée de «la Super League éclosait depuis des années». En outre, des médias tels que «El Correo de España» soulignent que l’initiative vise à améliorer les revenus économiques des clubs sous un format similaire à celui de la NBA.

L’intention des 12 fondateurs est d’avoir la participation de 20 clubs, 12 qui sont garantis leur présence, trois qui aspirent à rejoindre plus tard en tant que fondateurs et cinq autres qui seraient inclus pour les mérites sportifs.

Déjà sur le continent, il existe un exemple de rébellion similaire, l’Euroligue de basket-ball, qui a débuté en 2000 et a impliqué une confrontation des principaux clubs européens de la discipline contre la Fédération internationale de basket-ball.

En revanche, et selon la publication «El Correo de España», les menaces de Ceferin pourraient être diluées car il mettrait en péril ses propres compétitions (Champions, Europa League et Eurocopa) qui engendrent des sources de revenus.

Quelques heures après l’annonce de la création de la Super League, les clubs européens cotés en bourse ont vu la valeur de leurs actions croître. Manchester United, qui est coté à la Bourse de New York, vers midi le 19 avril, avait connu une croissance de 9,84% de la valeur de l’action. De son côté, la Juventus, un club coté à la Bourse de Milan, a vu une augmentation de 17,85% de la valeur de ses actions.

Pour l’instant, l’UEFA a annoncé des changements dans le format de la Ligue des champions à partir de la saison 2024, ce qui implique, entre autres, de porter le nombre d’équipes à 36 participants.

Avec EFE et Reuters.

gestioninclusive@gmail.com