Première modification:

Le bureau des statistiques du Pérou a publié une baisse de 30,2% d'une année sur l'autre de l'économie, qui a suivi une contraction de 3,5% au premier trimestre. C'est l'effondrement le plus grave parmi les pays d'Amérique latine qui ont divulgué des données coupées jusqu'en juin.

Pour qu'un pays entre dans la redoutable récession économique, il est techniquement nécessaire de présenter deux semestres consécutifs de baisse de son produit intérieur brut (PIB). Et la pandémie de coronavirus le fait avec certains pays d'Amérique latine.

Le Pérou, pays qui jouissait de l'une des économies les plus saines de la région, vient de rejoindre les nations qui remplissent déjà cette condition.

Selon l'Institut national de la statistique et de l'informatique (INEI), l'activité économique dans ce pays s'est contractée de 30,2% sur un an au deuxième trimestre 2020, après l'avoir fait de 3,5% au premier. Bref, il est entré en récession.

La variation interannuelle compare le PIB du deuxième trimestre avec celui de la même période de 2019, tandis que le trimestriel le compare au premier trimestre, pour déterminer quelle est la tendance jusqu'à présent cette année. Dans le cas du Pérou, cette dernière comparaison reflète également une baisse de 27,2%, la plus élevée de la région.

France 24
France 24 © France 24

Parmi les pays qui ont présenté des chiffres de croissance économique actualisés à juin, seuls le Chili et la Colombie ne sont pas entrés en récession, puisqu'ils avaient réussi au premier trimestre à croître. Le Mexique avait déjà ralenti et l'Argentine (qui n'avait pas divulgué de données en juin) est entrée dans ce domaine il y a au moins deux ans.

France 24 avec EFE