Economie

Le FMI enquête sur son directeur après des allégations de faute professionnelle à la Banque mondiale

L’organisme financier international poursuit son enquête pour des malversations présumées de sa directrice, Kristalina Georgieva, alors qu’elle était fonctionnaire de la Banque mondiale au profit de la classification des entreprises chinoises dans un rapport économique

Enquête en cours. Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a déclaré vendredi 8 octobre qu’il cherchait à « clarifier les détails » de l’enquête qu’il mène contre son actuelle directrice Kristalina Georgieva, accusée d’avoir modifié la classification des entreprises chinoises lors du « Doing Business » rapport 2018′.

Gerry Rice, porte-parole de l’agence, a confirmé la réunion dans un communiqué « dans le cadre de l’examen en cours ».

De son côté, Georgieva a assuré avoir répondu « à toutes les questions qu’ils m’avaient posées », tout en réitérant son innocence. Le conseil d’administration du FMI a déclaré qu’il « demanderait plus de précisions en vue de conclure très prochainement son examen de cette affaire. « .

« Le conseil d’administration du Fonds reste déterminé à effectuer un examen approfondi, objectif et opportun et a hâte de se réunir à nouveau bientôt pour de nouvelles discussions », a ajouté Rice dans la note.

Après la déclaration de Georgieva, qui a duré environ cinq heures, le cabinet d’avocats WilmerHale a également proposé sa version, qui l’accuse d’avoir manipulé les données de son audit alors qu’elle était fonctionnaire de la Banque mondiale.

Georgieva se défend en attendant de nouvelles déclarations

L’actuel directeur du FMI a fait valoir que « le rapport WilmerHale ne caractérise pas mes actions concernant ‘Doing Business 2018’, ni ne décrit avec précision mon caractère ou la façon dont je me suis comporté au cours d’une longue période professionnelle. carrière professionnelle ».

Dossier : Kristalina Georgieva, directrice du FMI, sur une photo d'octobre 2019.
Dossier : Kristalina Georgieva, directrice du FMI, sur une photo d’octobre 2019. © Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP

Le cabinet d’avocats WilmerHale a publié un rapport le 16 septembre dans lequel il a souligné que plusieurs responsables de la Banque mondiale, dont Goergieva, faisaient pression pour améliorer le classement de la Chine dans son rapport régulier « Doing Business ».

Selon le cabinet, la position de la Chine dans le rapport 2018 aurait dû être inférieure de sept places à celle où elle se trouvait. Plusieurs critiques soulignent que la deuxième économie mondiale maintient une grande influence sur les organisations financières internationales en échange de financement.

Avec EFE et AP