Economie

« La partie est finie » : la Russie avertit l’Occident que plus rien ne sera comme avant dans l’économie

Coïncidant avec une vague de chaleur intense, la Russie a livré moins de gaz naturel que ce que l’Europe demande via le gazoduc Nord Stream 1, qui traverse la mer Baltique vers l’Allemagne. Gazprom le résume comme « le jeu (avec l’Occident) est terminé ». Nous les expliquons.

Alors que la Russie se bat activement pour abolir toute représentation occidentale sur son territoire, le président du géant Gazprom s’est tourné vers l’anglais pour lancer un avertissement à ses rivaux : « The game is over ».

« Pourquoi c’est fini ? Parce que la demande de matières premières dépasse la demande de réserves de change », a expliqué Alexei Miller, le directeur général du géant russe Gazprom, principal fournisseur de gaz de l’Union européenne.

Lors de son discours du dernier jour du Forum international de Saint-Pétersbourg, que la Russie considère comme sa propre version du Forum économique mondial de Davos, le dirigeant s’en est pris à ses clients occidentaux.

« Un empereur chinois bien connu a dit un jour : « Si votre rival fait une erreur, ne l’empêchez pas de le faire. » Eh bien, nous avons averti l’Union européenne que conclure des contrats à long terme avec Gazprom était très risqué. Vous obtenez ce que vous obtenez. » Vous le méritez. Vous l’avez voulu, vous l’avez eu « , a-t-il déclaré.

Ses propos coïncident avec une baisse des flux de gaz russe vers l’Europe, coïncidant avec une vague de chaleur précoce frappant le sud du continent et alimentant les inquiétudes quant à d’éventuelles difficultés de stockage du gaz pour l’hiver.

La France a révélé que depuis le 15 juin, elle n’a pas reçu de gaz russe en provenance d’Allemagne, tandis que l’Italie et la Slovaquie ont déclaré avoir reçu vendredi moins de la moitié des volumes habituels du gazoduc Nord Stream 1.

Vladimir Poutine : « Les choses ne seront plus jamais comme avant »

La clôture de la conférence de Saint-Pétersbourg a été menée par le président russe Vladimir Poutine, qui s’en est pris à ses rivaux occidentaux, les accusant de vouloir « écraser » son pays avec des sanctions « stupides » équivalant à une « blitzkrieg économique ».


Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d'une session du Forum économique international à Saint-Pétersbourg le 17 juin 2022.
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d’une session du Forum économique international à Saint-Pétersbourg le 17 juin 2022. © Maxim Shemetov, Reuters

Dans un discours de plus d’une heure, Poutine a nié que ce qu’il appelle une « opération militaire spéciale » en Ukraine ait quoi que ce soit à voir avec l’augmentation mondiale des prix, à la fois des denrées alimentaires et des hydrocarbures.

« Je ne peux pas me taire, il y a beaucoup de spéculations sur les approvisionnements ukrainiens sur le marché international. Nous n’avons rien gêné, pour l’amour de Dieu. Ce n’est pas nous qui avons miné les ports ukrainiens de la mer Noire », a-t-il déclaré dans son discours.

Le chef du Kremlin a ajouté que l’Union européenne pourrait perdre plus de 400 000 millions de dollars cette année en raison des sanctions et a réitéré que celles-ci auraient un impact plus important sur ceux qui les ont imposées.

Selon le président, la Banque centrale imprime de l’argent pour surmonter les problèmes économiques, bien qu’il considère que les finances du Kremlin se stabilisent déjà.

Avec AP et Reuters