Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine

RIGA, 28 février (DPA/EP) –

Les autorités lettones ont laissé la porte ouverte ce mercredi à la possibilité d'envoyer des troupes en Ukraine, après des déclarations allant dans le même sens du président français Emmanuel Macron, auxquelles le reste des partenaires de l'Otan n'ont pas adhéré.

« Letonia sigue examinando muchas formas diferentes de reforzar el apoyo a Ucrania. En caso de que los aliados de la OTAN lleguen a un acuerdo sobre el despliegue de tropas en Ucrania, Letonia consideraría participar », ha dicho a la agencia alemana DPA un portavoz del Ministère de la Défense.

Qui n'a pas non plus exclu cette hypothèse est l'un de ses voisins baltes, la Lituanie, dont le ministre de la Défense, Arvydas Anusauskas, a évité la veille de s'opposer « fermement » à une telle hypothèse. En ce sens, il a souligné qu'il était possible de déployer des troupes pour des « tâches de formation ».

En revanche, les autres partenaires de l'OTAN ont exclu cette mesure et ont attribué les propos de Macron à son « désir » d'aider l'Ukraine, s'accordant en revanche sur la nécessité de continuer à envoyer des armes et des munitions.

De son côté, Kiev a « accueilli favorablement » toute proposition visant à améliorer cette aide. « Les dirigeants de plusieurs pays européens suggèrent (…) d'introduire de nouvelles variables et de définir ce qui peut être fait. Et c'est excellent », a déclaré le principal conseiller de la présidence ukrainienne, Volodymyr Zelensky.

A lire également