La France

La France se rend aux urnes au premier tour des élections départementales et régionales

Les Français se rendent aux urnes ce dimanche pour voter au premier tour des élections départementales et régionales, ce qui pourrait représenter une avancée du parti d’extrême droite de Marine Le Pen.

Lors de ces élections, les nouvelles assemblées des 13 régions et des 96 départements de France métropolitaine seront élues et on estime que l’extrême droite du Groupe national Le Pen (RN) remportera pour la première fois au moins une région, ce qui signifierait un grand coup porté à la politique française traditionnelle.

Le Pen ne se présente pas comme candidate, mais elle a fait campagne vigoureusement avant les élections présidentielles de l’année prochaine qui, selon les sondages, pourraient finir par être une course serrée entre elle et le président centriste Emmanuel Macron, qui cherche à être réélu .

« Ce qui serait bien pour elle (Le Pen), et provoquerait une certaine impulsion dans la pré-campagne présidentielle, ce serait que le Groupement national gagne une région », a déclaré à l’AFP Stéphane Zumsteeg, de la société de sondage Ipsos. agence. .

Bien que des politiciens d’extrême droite président une poignée de villes, diriger une région avec un budget d’un milliard d’euros et des pouvoirs sur les écoles, les transports et le développement économique lui donnerait le genre de légitimité dont Le Pen rêve, selon les analystes.

Le vote se déroulera sur deux dimanches consécutifs, et un second tour sera requis le 27 juin, à moins que les partis n’obtiennent plus de 50 % au premier tour.

Le président français Emmanuel Macron dans un bureau de vote lors du premier tour des élections régionales et départementales françaises, à Le Touquet-Paris-Plage, France.  le 20 juin 2021.
Le président français Emmanuel Macron dans un bureau de vote lors du premier tour des élections régionales et départementales françaises, à Le Touquet-Paris-Plage, France. le 20 juin 2021. © Christian Hartmann / Reuters

Problèmes de prédiction

Les analystes préviennent que les résultats ne peuvent pas être trop extrapolés, ce qui dans de nombreux cas sera conditionné par des dynamiques locales et une forte abstention, ce qui limite à quel point ils doivent être considérés comme des indicateurs du paysage politique plus large en France.

Cependant, le résultat façonnera inévitablement le récit dans les semaines à venir, notamment en ce qui concerne la force et l’éligibilité de Le Pen, ainsi que le statut du parti affaibli de Macron La République en mouvement (LREM).

« Ces élections ne sont jamais bonnes pour le parti au pouvoir. Elles le frappent toujours au cou », a déclaré à l’AFP un ministre le mois dernier.

Les prévisions sont difficiles en raison du système électoral en deux phases et de l’impact du vote tactique, qui voit souvent les partis majoritaires se regrouper pour maintenir l’extrême droite hors du pouvoir.

Un sondeo realizado por los grupos Ipsos y Sopra Steria la semana pasada mostraba que los candidatos del RN iban en liderando en seis de las 13 regiones principales en la primera vuelta, lo que significa que los resultados del domingo por la noche podrían sugerir un amplio dominio Match.

Cependant, en raison du vote tactique anti-RN – les électeurs de gauche et de centre affluent souvent pour empêcher l’extrême droite de gagner – ils pourraient finir par tout perdre au second tour, comme cela s’est produit lors des dernières élections en 2015.

Élections en France


L’abstention est aussi un autre facteur

Une possible abstention record pouvant aller jusqu’à 60 % est également considérée comme un facteur important.

« Plus l’abstention augmente, en termes de nombre de voix, plus les extrémités de l’échiquier politique sont les gagnants », estime Pierre Lefébure, politologue à l’Université de la Sorbonne à Paris.

« Surtout le RN qui a un électorat très engagé et enflammé par le matériel de campagne dans lequel le visage de Marine Le Pen apparaît partout à un an de la présidentielle », a-t-il ajouté.

De son côté, Antoine Bristielle, expert en opinion publique à la Fondation Jean-Jaurès, de tendance gauchiste, estime que le vote sera un pas de plus dans la normalisation de l’ex-extrême droite.

« On voit que ce n’est pas tant que les idées du Groupe national sont plus populaires ou plus acceptées par la société française », a-t-il déclaré à l’AFP. « C’est que le parti ne fait plus assez peur aux gens pour provoquer une vague d’opposition. »

Les électeurs ont ignoré la série de scandales qui ont englouti au moins une demi-douzaine de candidats RN pour leurs commentaires racistes ou antisémites dans le passé, ou pour leurs casiers judiciaires.

Pendant ce temps, le vote est également considéré comme critique pour les candidats présidentiels de centre-droit Xavier Bertrand, président de la région des Hautes de France, et Valérie Pécresse, qui dirige la région parisienne, qui sont candidats à une réélection.

Les élections pourraient également représenter une percée pour le parti écologiste EELV, qui a obtenu de bons résultats aux élections locales l’année dernière.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08H00 locales (06H00 GMT).

Article traduit de l’original en anglais

gestioninclusive@gmail.com