La France

La France nie être à l’origine de la mort d’une vingtaine de civils dans un attentat à la bombe contre un mariage au Mali

MADRID, 6 janvier (EUROPA PRESS) –

L’armée française a nié être à l’origine du bombardement perpétré dimanche dans le centre du Mali qui a tué une vingtaine de civils qui célébraient un mariage, tout en reconnaissant avoir mené des opérations anti-terroristes dans la région.

L’état-major de l’armée a indiqué que l’opération «Barkhane» avait mené une opération dans la région de Douentza, située autour du village de Bounti, et a ajouté que «des dizaines» de terroristes avaient été «neutralisés» lors d’attentats à la bombe, tel que rapporté par la station Radio France Internationale.

Cependant, il a souligné que les informations sur une attaque contre un mariage ne correspondaient pas aux observations faites par «Barkhane» et a défendu les procédures qui sont menées avant de procéder à ces frappes aériennes.

Pour le moment, les autorités maliennes n’ont pas commenté ce qui s’est passé. Le village de Bounti est situé dans la province de Mopti (centre), l’une des plus secouées par les attaques djihadistes et les opérations des forces de sécurité du pays africain et de «Barkhane».

Le Mali, comme d’autres pays du Sahel, a enregistré un nombre croissant d’attaques djihadistes ces derniers mois de la part de l’affilié d’Al-Qaïda dans la région et de l’État islamique, ce qui a également accru la violence intercommunautaire. et a provoqué le déplacement de dizaines de milliers de personnes.

gestioninclusive@gmail.com