La France

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont « profondément préoccupés » par la restriction de l’Iran à l’AIEA

Les gouvernements de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni ont été « profondément préoccupés » par des informations récentes de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) selon lesquelles l’Iran a restreint l’accès à l’agence.

Lundi, le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a fait état de la destruction d’équipements de l’agence dans les installations nucléaires iraniennes de Karaj, un fait qui pourrait être dû à une attaque des services secrets israéliens, le Mossad.

Ceci, ainsi que d’autres actions visant à limiter le contrôle et la surveillance de l’AIEA à l’activité nucléaire iranienne, ont conduit Paris, Londres et Berlin à demander à Téhéran de rétablir « tous les accès en rétablissant » toutes les dispositions de transparence « liées à l’accord nucléaire » dans son l’intégralité », permettant ainsi à l’AIEA « un accès sans entrave à tous les sites et activités que l’agence exige conformément à son mandat de rapport ».

« En limitant l’accès et en intensifiant son programme nucléaire, l’Iran rend difficile pour la communauté internationale de s’assurer du caractère exclusivement pacifique de son programme nucléaire », ont-ils averti dans un communiqué commun.

Les ministères des Affaires étrangères des trois pays européens ont également partagé leurs inquiétudes concernant l’enrichissement à 20 pour cent d’uranium que l’Iran a continué de promouvoir, qui « n’a aucune raison civile plausible pour une telle activité ».

Par ailleurs, ils ont « fortement » encouragé Téhéran à « saisir d’urgence l’opportunité diplomatique » présentée par le processus de négociation en cours dans la capitale autrichienne, Vienne, pour le retour des Etats-Unis à l’accord nucléaire de 2015 et le retrait des sanctions contre. l’Iran en vue de son retour au respect de toutes les clauses du pacte.

Pour l’instant, le gouvernement iranien et l’AIEA ont convenu de réactiver les caméras de surveillance dans les installations nucléaires et que les inspecteurs de l’agence nucléaire pourront effectuer des tâches de maintenance sur les équipements de surveillance et remplacer les cartes de stockage de données.

L’agence internationale a déploré les lacunes dans la surveillance des activités nucléaires iraniennes. « La confiance de l’Agence pour continuer à se renseigner sur les installations iraniennes a considérablement diminué », a averti l’organisation dans l’un de ses documents les plus critiques à ce jour.