La France

Macron suppose ne pas avoir confiné le pays en janvier, mais évoque de « nouvelles mesures »

A l’issue du Conseil européen, le président français a déclaré qu’il « avait raison » de ne pas confiner la France en janvier, mais a annoncé « de nouvelles mesures dans les semaines à venir » pour amortir les assauts de la troisième vague d’infections. En outre, il a affirmé que l’Europe doit renforcer son plan de réactivation de l’économie, à l’instar de ce que font les États-Unis.

Les cas positifs de Covid-19 continuent d’augmenter en France et le président Emmanuel Macron a pris la responsabilité de ses récentes décisions. « Je peux le dire: nous avons eu raison de ne pas avoir confiné la France fin janvier car l’explosion prévue par tous les modèles ne s’est pas produite », a déclaré le président le 25 mars à l’issue du Conseil européen.

«Je n’ai pas à faire de« mea culpa », ni de remords, ni d’en faire un échec», a-t-il insisté.

Une déclaration qui vient en réponse aux vives critiques du Gouvernement pour la détérioration de la situation sanitaire dans tout le pays. Bien que le président admette que sa décision comportait « un risque », il a expliqué que des mesures telles que le couvre-feu permettraient « de faire face à l’augmentation des cas et c’est ce qui s’est passé ». Macron a également ajouté que plusieurs facteurs ont été pris en compte, tels que «la santé mentale», «les tensions et les difficultés des jeunes».

Macron a admis qu’en mars, les mesures pour arrêter l’épidémie n’étaient pas suffisantes, car elle s’est accélérée en raison de la propagation de la variante britannique du virus. Par conséquent, le gouvernement a pris de nouvelles mesures, telles que la détention de 16 personnes, dont Paris.

Des personnes portant des masques de protection marchent dans la rue Montorgueil, au milieu de l'épidémie de Covid-19, à Paris, en France, le 25 février 2021.
Des personnes portant des masques de protection marchent dans la rue Montorgueil, au milieu de l’épidémie de Covid-19, à Paris, en France, le 25 février 2021. © Reuters / Sarah Meyssonnier

Le président a annoncé que d’autres mesures renforceront celles déjà en vigueur. « Ces semaines à venir vont être difficiles, nous prendrons toutes les mesures utiles à temps et à mon avis il n’y a pas de tabou », a-t-il prévenu.

Une réponse plus complète pour réactiver l’économie européenne

Emmanuel Macron a expliqué que l’Europe devra «s’améliorer» et «compléter» son plan de relance économique et budgétaire. Un plan qui à ses yeux devrait aller dans le même sens que celui lancé par le gouvernement américain.

« Une des leçons de cette crise pour l’Europe et la France est que nous devons simplifier drastiquement nos réponses. Nous sommes trop lents, trop complexes, coincés dans nos bureaucraties », a déclaré le président aux journalistes.

En résumé de ce qui a été discuté avec les dirigeants des pays de l’Union européenne, le président français a souligné que pour sortir de la crise il faut « maintenir les mesures de soutien budgétaire tant que dure la crise sanitaire et la mise en œuvre d’un plan rapide de relance européenne. « .

Il s’agit, selon lui, d’un engagement européen important, « une réponse à la hauteur », juste après la première vague au printemps 2020. Mais au vu des deuxième et troisième vagues « nous devrons certainement compléter cette réponse. » .

L’Europe, confrontée à une éventuelle perte de croissance par rapport aux États-Unis

« La force de la réponse américaine et le plan annoncé il y a quelques jours par le président Biden et le Congrès nous placent devant une responsabilité historique », a déclaré Macron, évoquant l’injection de 1,9 billion de dollars dans l’économie américaine.

Selon les projections, « on voit que les Etats-Unis reviendront au niveau qu’ils avaient avant la crise d’ici la mi-2021 et surtout qu’ils reprendront la voie sur laquelle ils étaient », a expliqué le président.

En comparaison, l’Union européenne ne reviendra à ce niveau qu’au premier été 2022. « Un retard inquiétant dans la trajectoire car il s’agit d’une perte potentielle de croissance », a déclaré Macron.

Pour y remédier, en partie, le président français espère que les investissements seront réalisés plus rapidement, plus importants et dans des secteurs prioritaires. Ce qu’il souhaite, c’est qu’un débat ait lieu et « planter une graine » pour aborder cette question qui pour l’instant n’a pas fait l’objet d’un débat avec les autres pays du bloc.

Avec l’AFP

gestioninclusive@gmail.com