Culture

La chanteuse et actrice italienne Raffaella Carrà est décédée

La chanteuse, compositrice, actrice et présentatrice de Bologne est décédée à l’âge de 78 ans, comme l’a confirmé son ex-partenaire Sergio Japino à l’agence de presse ANSA. Bien que les causes exactes de sa mort n’aient pas été divulguées, elle est décédée des suites d’une maladie qui la tourmentait depuis longtemps. Entre les années 50 et 70, l’artiste a révolutionné la télévision européenne, devenant depuis lors un symbole pour le sud et au-delà de l’Amérique latine.

L’Italie, l’Espagne et le monde hispanophone, avec un grand amour en Amérique latine, ont perdu l’une de leurs grandes icônes de l’émission ce lundi. Raffaella Carrà, l’Italienne qui a traversé toutes les frontières avec sa carrière artistique et qui ne s’est pas laissée distraire par Hollywood, est décédée ce lundi à l’âge de 78 ans.

« Raffaella nous a quitté. Il est parti vers un monde meilleur, où son humanité, son rire inimitable et son talent extraordinaire brilleront à jamais », a déclaré le chorégraphe Sergio Japino, qui fut son partenaire pendant plusieurs années, son « miroir dans lequel regarder l’un l’autre « .

Carrà, qui a chanté des hymnes tels que « explose, explose, explose-moi! », est décédé à 16h20 heure locale, après une maladie qui « avait attaqué pendant un certain temps son petit corps, mais plein d’énergie », selon les mots de Japino .

La chanteuse et présentatrice Raffaella Carrà, dans l'une de ses émissions télévisées lors de la retransmission de la rencontre avec l'ancien footballeur argentin Diego Armando Maradona, à Buenos Aires, Argentine, le 24 octobre 2005.
La chanteuse et présentatrice Raffaella Carrà, dans l’une de ses émissions télévisées lors de la retransmission de la rencontre avec l’ancien footballeur argentin Diego Armando Maradona, à Buenos Aires, Argentine, le 24 octobre 2005. © Canal 13 / AFP

L’artiste est restée dans les mémoires pour ses succès musicaux tels que « Hot, hot » ou « We have to come to the south », mais aussi pour son talent aux multiples facettes qui l’a amenée à être à la fois actrice et animatrice de plusieurs programmes télévisés sur la RAI en Italie. ou en RTVE depuis l’Espagne.

Née à Bologne en 1943 sous le nom de Raffaella Pelloni, son nom d’artiste lui a été suggéré par le réalisateur de cinéma et de télévision Dante Guardamagna, qui a pensé que ce serait une bonne idée de prendre le nom de famille du peintre italien Carlo Carrà. Le nom de famille lié à l’art semblait être de bon augure et Raffaella a ainsi conquis les foules à l’intérieur et à l’extérieur de l’Europe.


Mais ses origines artistiques remontent à un très jeune âge. À l’âge de dix ans, elle s’installe à Rome, où elle est venue apprendre la danse classique. Des années plus tard, elle a étudié la cinématographie, ce qui l’a amenée à Barcelone pour faire du théâtre, où elle a également participé au Festival de prose latine.

Complètement une icône de la liberté

Raffaella a été élevée par une femme séparée dont elle a assuré avoir été éduquée dans un environnement de liberté totale, ce qu’elle a démontré toute sa vie.

Entre les années 50 et 70, elle fait sensation à la télévision italienne avec ses pas de danse et ses costumes, tout en chantant dans une émission de variétés pour toute la famille montrant son nombril, quelque chose de farfelu pour l’époque.

Le tout diffusé sur la RAI chrétienne-démocrate dont elle a brisé des tabous, le Vatican l’a censurée pour son style dans une chorégraphie sensuelle de la chanson ‘Tuca tuca’.

FILE-La chanteuse, actrice et présentatrice de télévision italienne Raffaella Carra pose lors de la présentation d'un nouvel album de musique, intitulé
FILE-La chanteuse, actrice et présentatrice de télévision italienne Raffaella Carra pose lors de la présentation d’un nouvel album de musique, intitulé « Ogni volta che e Natale », à Milan, Italie, le 26 novembre 2018. © EFE / EPA / Daniel Dal Zennaro

Dans une interview au journal El País en 2019, Carrà admettait qu’être elle-même lui avait coûté quelques batailles dans le passé, mais que tout était spontané : « Ce n’est rien d’imposé, c’est tout naturel. (…) Il ne s’agissait pas seulement de montrer mon C’était pour faire comprendre que le corps d’une femme est toujours attaché à sa tête. La sensualité n’est pas en contradiction avec l’intelligence, la sympathie, l’ironie.

Le succès dans son pays l’amène en Espagne, où elle conquiert également le public local avec l’émission ‘La hora de Raffaella’, diffusée entre 1975 et 1976, après la dictature franquiste. Cela a été suivi par d’autres grands spectacles dans le pays.

Plus tard, la vie l’a emmenée à Hollywood et, bien qu’elle ait fait des apparitions importantes dans le film ‘Colonel Von Ryan’ avec Frank Sinatra, elle a préféré retourner en Europe d’où elle a catapulté son style en Amérique latine.

Cependant, elle a été pionnière dans les programmes du midi avec des concours téléphoniques, des interviews et des chansons, un modèle qui a ensuite été reproduit dans des pays de la région comme l’Argentine, avec l’émission Susana Giménez.


Il était une icône gay, admirée et aimée dans la communauté LGBTIQ +, bien avant que des artistes comme Madonna ne le soient aussi. En fait, Raffaella a reçu le World Pride Award en 2017.

En 2020, dans une interview à la presse italienne, elle reconnaissait que cette année avait été particulièrement difficile pour elle et qu’elle craignait la pandémie de Covid-19. Bien qu’il ait conservé son humour caractéristique.

Son ex-partenaire Sergio Japino a ajouté que cacher son état de santé, sans préciser de maladie, était sa propre volonté, comme « l’énième geste d’amour envers son public et envers ceux qui ont partagé de l’affection, afin que son épreuve personnelle ne dérange pas. sa mémoire brillante ».

Avec EFE et les médias locaux