Première modification: Dernière modification:

L'équipe Ineos Grenadiers a réalisé un doublé exceptionnel lors de la 18e étape du Tour de France. Michal Kwiatkowski et Richard Carapaz ont franchi ensemble la ligne d'arrivée à La Roche-sur-Foron mais le Polonais a été désigné vainqueur. Avec le résultat, l'Equatorien écrit l'histoire en portant la célèbre chemise du chef de montagne. Au général, le Slovène Primoz Roglic prend la première place et voit le «rêve jaune» de plus près.

Le cyclisme est considéré comme un sport individuel où un seul coureur peut gagner. Ce 17 septembre, Michal Kwiatkowski et Richard Carapaz ont montré que c'est aussi un sport d'équipe où deux coureurs peuvent égaler.

Le Polonais et l'Equatorien, tous deux coureurs du Team Ineos Grenadiers, ont réalisé un doublé spectaculaire lors de la 18e étape.

La hiérarchie au sein de l'équipe aurait désigné Carapaz comme le leader et qui devrait prendre la victoire, au-dessus de son grégaire. Cela aurait été une victoire historique pour l'Équateur, la première d'un cycliste de ce pays dans le Tour de France. Mais Carapaz et Kwiatkowski, dans un beau scénario final, ont décidé de franchir ensemble la ligne d'arrivée en se tenant par les épaules. La roue du Polonais avançait de quelques centimètres celle de son partenaire.

Un doublé qui vient compenser un peu les difficultés de l'équipe britannique sur ce Tour 2020, symbolisé par l'abandon d'Egan Bernal avant l'étape 17.

Carapaz, leader de la montagne

Bien qu'il n'ait pas été officiellement désigné vainqueur de cette étape, Richard Carapaz continue d'écrire l'histoire sportive de son pays. Ayant remporté le Giro d'Italia l'année dernière, il est le premier équatorien à porter un maillot distinctif sur le Tour de France: Richard Carapaz est le nouveau leader de la montagne.

Dans ce classement, l'Equatorien compte 74 points, deux de plus que Tadej Pogacar. Problème: 10 points seront en jeu lors de l'étape contre la montre samedi. Si le jeune Slovène dépasse Carapaz et termine dans le top 5, il retrouvera le maillot de montagne.

Pour la troisième journée consécutive, l'Équatorien a été le grand artiste de la journée. Comme lors des deux étapes précédentes dans les Alpes, l'Equatorien d'Ineos Grenadiers a intégré l'évasion dans les premiers kilomètres. De nombreux coureurs ont voulu profiter de cette dernière étape alpine pour tenter de remporter une victoire.

Quelque 32 coureurs se sont échappés pour prendre la tête, mais dès le premier prix en montagne, deux hommes se sont démarqués: Carapaz et le jeune Marc Hirschi (Sunweb), vainqueur de l'étape 12. Ils semblaient tous deux avoir la même idée en tête. : gagnez des points pour le classement de la montagne et prenez cette fraction. Tous deux savaient qu'avec les points en jeu aujourd'hui, ils pourraient récupérer le maillot rouge que Tadej Pogacar portait jusqu'à présent.

L'énorme travail de Kwiatkowski

Richard Carapaz avait un large avantage. Il n'était pas seul en fuite et a pu compter sur le soutien de son partenaire Michal Kwiatkowski. Le Pôle a accompagné Carapaz dans toutes les ascensions. Et Marc Hirschi a eu la malchance de tomber sur le col des Saisies, à 80 kilomètres de l'arrivée.

Le Suisse n'a pas réussi à revenir en tête de la course composée par le duo Ineos. Carapaz, passant en première position au sommet de la principale difficulté de la journée, la montée vers le plateau des Glières (hors catégorie, 6 km à 11,2%), a accumulé suffisamment de points pour prendre la tête du classement montagne.

Là, Carapaz a rempli son objectif et ayant plus de six minutes d'avance sur les favoris, il a décidé de laisser la victoire d'étape à son coéquipier.

L'offensive de Mikel Landa a déstabilisé le groupe de favoris

Dans le groupe des favoris, l'Espagnol Mikel Landa (Bahreïn-McLaren), septième au général, a attaqué sur l'ascension du plateau des Glières, à 33 kilomètres de la ligne d'arrivée.

L'Espagnol a pris 30 secondes d'avance sur le groupe des favoris, une accélération qui a coupé Rigoberto Urán et Adam Yates, qui devançaient Landa au classement général. Mais les trois premiers du classement, Primoz Roglic, Tadej Pogacar et Miguel Ángel López, ont rattrapé Landa à quelques mètres du sommet des Glières.

Les deux kilomètres suivants étaient sur une route non couverte. Richie Porte, quatrième au général, a crevé son pneu arrière. Après un gros effort, l'Autrichien de Trek-Segafredo a rattrapé le groupe emmené par Roglic. A l'issue de l'étape, ils sont arrivés 1'53 derrière le duo Ineos. Roglic et Pogacar ont pris les places quatre et cinq dans le sprint, en écartant une seconde aux autres favoris.

En général, les quatre premiers suivent dans le même ordre. Le Colombien Miguel Ángel López occupe la troisième place devant l'Autrichien Richie Porte. Mikel Landa remonte à la cinquième place, suivi de son compatriote Enric Mas (Movistar).

Étape déterminante pour le maillot vert

L'étape 19, 166,5 km entre Bourg-en-Bresse et Champagnole, devrait voir le retour des sprinteurs qui ont souffert sur les étapes de montagne.

La dispute pour le maillot vert du meilleur sprinter est encore très ouverte: l'Irlandais Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) mène ce classement avec 298 points, suivi du Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) avec 246 et de l'Italien Matteo Trentin (CCC ) avec 235. La question est de savoir si ce dernier pourra surpasser Bennett.

Notre guide de TDF 2020.
Notre guide de TDF 2020. © France 24