Economie

FAO: le monde n’atteindrait pas l’objectif de faim zéro en 2030

Un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévient que les effets du changement climatique, de la pandémie de coronavirus et de la guerre en Ukraine empêcheraient d’atteindre le défi de la faim zéro en 2030, l’un des principaux objectifs de développement durable de la ONU.

La scène a changé. Le rapport intitulé « Perspectives agricoles 2022-2031 », préparé en collaboration avec l’Organisation de coopération et de développement économiques, OCDE, se rend compte que l’objectif d’éliminer la faim dans les huit prochaines années serait impossible à moins que la productivité agricole mondiale n’augmente de 28%, « trois fois plus qu’il n’a augmenté au cours de la dernière décennie ».

Pour y parvenir, cite le rapport, les récoltes devraient doubler pour atteindre 24 %, tandis que la production de viande animale devrait croître de 31 %, en tenant compte des mesures de durabilité nécessaires pour que les émissions de gaz à effet de serre ne continuent pas d’augmenter.

« Atteindre les deux objectifs en moins de dix ans grâce à la seule amélioration de la productivité serait très difficile, ce qui suggère que d’autres mesures doivent être prises en parallèle », mentionne le rapport.

Les organisations proposent des solutions pour inverser la situation, parmi lesquelles l’approbation de politiques directes qui atténuent les émissions de gaz, la mise en œuvre de nouvelles technologies pour transformer les systèmes agroalimentaires, l’application de mesures plus strictes contre le gaspillage alimentaire et la limitation de l’apport calorique excessif. et protéines dans les pays à revenu élevé.

« Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour que le secteur agricole contribue efficacement à la réduction mondiale des émissions de gaz à effet de serre. Cela comprend l’adoption à grande échelle de processus et de technologies de production intelligents face au climat, en particulier dans le secteur de l’élevage », indiquent-ils, tout en soulignant que cette industrie est la principale cause d’émissions, qui augmenteront de 8,8% jusqu’en 2031.

L’Ukraine et la somme des crises

La guerre en Ukraine se distingue parmi les principaux obstacles à la réduction de la faim. En effet, l’Ukraine et la Russie sont deux des plus importants producteurs et exportateurs de céréales au monde. Ensemble, ils accumulent une production de 30% du blé mondial, 50% d’huile de tournesol et 15% d’engrais.


Du blé est vu dans un champ près de la ville de Nikolaev, dans le sud de l'Ukraine, le 8 juillet 2013.
Du blé est vu dans un champ près de la ville de Nikolaev, dans le sud de l’Ukraine, le 8 juillet 2013. ©Vincent Mundy/Reuters

Mais la guerre a également perturbé les marchés des hydrocarbures, augmentant le coût du transport et des engrais, en particulier dans les pays qui exportent des céréales à la fois pour leur régime alimentaire et pour l’alimentation du bétail.

L’agence affirme qu’il y aura une augmentation de la demande alimentaire, qui sera de 1,4% par an au cours de la prochaine décennie en raison de la croissance démographique, mais avec des différences entre les pays à faible et à haut revenu.

Concernant l’Amérique latine, le rapport indique qu’en dépit d’être la région qui exporte le plus, « elle continue de faire face à de grands défis pour réduire l’insécurité alimentaire », causée notamment par l’augmentation des prix pendant la pandémie, alors que le nombre de personnes souffrant d’extrême pauvreté augmenté de 13,8 %.

avec EFE