Culture

Exilés, cachés et dans la peur : l’Afghanistan pourrait-il manquer d’artistes ?

Face au retour imminent des talibans, les personnalités les plus en vue et internationales ont réussi à s’enfuir, prenant la décision la plus difficile : rendre orpheline la culture de leur pays. Mais que vont devenir les artistes qui n’ont pas pu partir et qui respirent déjà le nouvel émirat islamique ? Beaucoup restent aujourd’hui dans la clandestinité par crainte que leurs pratiques n’aboutissent à des condamnations ou à des représailles. Venise, le tournant de Broadway et la fin de ‘La casa de papel’ complètent cette chronique, avec un entretien avec l’auteure-compositrice-interprète Sara Curruchich.

En 1996, huit ans seulement après le début du retrait soviétique, la culture afghane a commencé à souffrir de l’arrivée au pouvoir des talibans. Ainsi, le mouvement a interdit la musique, détruit les instruments de musique et puni tous ceux qui l’ont entendue. De même, les œuvres d’art ont été sa cible, à commencer par la tragique détonation des célèbres Bouddhas de Bāmiyān, jusqu’à la disparition de centaines d’objets du Musée d’Afghanistan.

C’est à cause de cet antécédent que maintenant, avec son retour sous la forme de l’Émirat islamique, une évolution dramatique est à craindre pour la culture nationale. « Imaginez, un pays sans artistes! », Dit ce 4 septembre depuis Venise Sahraa karimi, l’une des cinéastes les plus reconnues et déjà, comme des milliers, exilée de force de son territoire et de ses projets.

Pour la deuxième semaine consécutive, elle est l’une des vedettes de ce programme – avec le réalisateur Chahrbanoo Sadate– parce que chaque jour, il y a plus de preuves que, en effet, l’art en Afghanistan ne brillera peut-être plus. Un, en raison du manque d’artistes, parce que beaucoup ont jonglé pour sortir aujourd’hui. Et deux, parce que ceux qui sont restés restent cachés de peur que le mouvement ne les condamne pour leur art passé ou qu’un voisin partageant les mêmes idées ne les expose.

Les réalisatrices afghanes Sahraa Karimi et Sarah Mani lors d'un photocall, après un
Les réalisatrices afghanes Sahraa Karimi et Sarah Mani lors d’un photocall, après un  » Panel international sur l’Afghanistan et la situation des cinéastes et artistes afghans « , le 4 septembre 2021, lors du 78e Festival du film de Venise au Lido. © Filippo Monteforte / AFP

Tout commence à se répéter. Selon le fondateur de l’Institut national afghan de musique, Ahmad Naser Sarmast (ou le Dr Ahmad), personne ne peut entrer dans le bâtiment car il est sous le contrôle des talibans. Tous les étudiants sont chez eux, en attendant le positionnement du nouveau Gouvernement.

Dans le cas du collectif The Miraculous Love Kids / Fille à la guitare Il n’y a plus aucune propriété qui abrite les jeunes apprentis guitaristes car les talibans l’ont aussitôt détruite. Et aussi, encore une fois, les instruments. Leur principale référence, la musicienne américaine Lanny Cordola, qui les a éduqués, a aujourd’hui changé de rôle et tente de les sauver de leur avenir risqué.

Pire encore, il y a comme professeur de hip-hop et chorégraphe qui apparaît dans le rapport vidéo qu’ils ont le mauvais pressentiment qu’ils ne quitteront pas le pays vivants ou de cette situation de silence artistique.

Peut-être, comme le souligne Karimi, la seule différence par rapport au passé est que cette fois ils seront plus intelligents et « utiliseront le cinéma pour la propagande ». Bien qu’on ne sache toujours pas si la musique en public sera à nouveau illégale, un porte-parole des talibans a confirmé au ‘New York Times’ qu’elle serait certainement interdite.

Le temps répondra à la question de savoir si l’Afghanistan pourrait manquer d’artistes. Cependant, la certitude est que parce qu’ils ont promu la culture, les droits des femmes ou les droits de l’homme, tout le monde est en grave danger.


Dans cette chronique, on incite aussi à l’envie des nouveaux films de la 78e Festival du Film de Venise; nous passons en revue les nouvelles qui concernent Covid-19 avec le secteur; nous disons le premier au revoir à la série espagnole / mondiale’Le vol d’argent‘; et nous avons parlé avec le chanteur et compositeur guatémaltèque d’origine maya Kaqchikel Sara Curuchich sur sa chanson ‘Pueblos’, un avant-goût de son deuxième album et un hommage aux peuples indigènes de la planète.