La France

Emmanuel Macron a fait une série d’annonces au service des étudiants universitaires

Un jour après que des centaines d’étudiants universitaires se sont déclarés préoccupés par la détérioration de leur qualité de vie et de leur santé mentale en raison de restrictions, le gouvernement français a lancé une série d’annonces, notamment en faveur d’un retour aux cours une fois par semaine à partir du deuxième semestre de l’année. Cependant, le président Emmanuel Macron a averti qu ‘ »il n’y aura pas de retour à la normale pendant cette période ».

Pendant un peu plus de deux mois, les étudiants universitaires ont été privés de cours en présentiel, contrairement aux élèves du secondaire ou du primaire. La manifestation, enregistrée dans différentes villes de France, a révélé le sentiment d’injustice vécu par les étudiants universitaires.

Emmanuel Macron, qui s’est rendu le 21 janvier au siège de l’Université Paris-Saclay, a montré son soutien aux étudiants universitaires pour pouvoir retourner en classe en personne une fois par semaine à partir du semestre prochain.

« Les étudiants qui le souhaitent peuvent reprendre leurs cours à l’université une fois par semaine », a écrit Macron sur son compte Twitter personnel.

« Un étudiant doit avoir les mêmes droits qu’un travailleur, qui en cas de besoin, peut aller en classe au moins un jour par semaine tant que la capacité de 20 pour cent de la salle de classe n’est pas dépassée », a déclaré le chef de l’Etat.

L’annonce de Macron intervient une semaine après que le Premier ministre du pays, Jean Castex, a annoncé que les étudiants de première année pourraient reprendre le tutorat en face à face dans les médias de groupe à partir du 25 janvier, une décision qui pourrait être étendue à  » étudiants d’autres niveaux si la situation sanitaire le permet « .

Repas pour un euro dans le cadre d’une aide financière

Les restrictions imposées pour contrôler les contagions dans le pays ont généré des problèmes économiques dans divers secteurs et les étudiants universitaires n’y échappent pas.

En ce sens, Macron a annoncé qu’à la fin de ce mois, les étudiants auront droit à deux repas dans les restaurants universitaires pour une valeur de 1 euro.

Macron, lors de la rencontre avec les étudiants, a souligné qu’en raison de la pandémie, de nombreux jeunes ont perdu leur emploi à temps partiel et n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins.

La prise en charge psychologique, une autre des propositions de l’exécutif

Au cours de la marche, les étudiants ont exprimé leur inquiétude quant à l’état de santé mentale des jeunes pendant la pandémie.

Selon l’agence de presse Reuters, il y a eu des cas de suicides, ou de tentatives, dans des universités en France et dans d’autres parties du monde en raison de l’enfermement.

«Nous demandons une réelle aide, une réouverture des facultés en petits groupes avec un protocole de santé strict, des psychologues et des psychiatres pour suivre les étudiants. Actuellement, il n’y a qu’un psychiatre pour 30 000 étudiants en France, c’est très peu alors que la demande continue. de plus en plus (…) Nous nous sentons abandonnés », a déclaré Alexandra Mouton, étudiante en sciences politiques.

Le gouvernement français s’est montré préoccupé par le «sentiment d’isolement» des étudiants et a annoncé en ce sens un renforcement des psychologues et des travailleurs sociaux, ainsi qu’un bilan psychologique qui consiste à financer des consultations avec un psychologue de la ville pour les étudiants en difficulté.

« Ils doivent prendre soin les uns des autres », a déclaré Macron, reconnaissant que de nombreux étudiants étaient privés de possibilités de se faire des amis et d’établir des relations sociales.

L’action du gouvernement peut ne pas suffire

Malgré l’effort gouvernemental, les mesures étaient insuffisantes pour les directeurs des principaux groupes étudiants. « On a l’impression que le gouvernement ne mesure pas la situation », a déclaré Mélanie Luce, présidente de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF pour son acronyme en français)

Cette organisation a conçu un plan d’urgence pour faire face à la situation évaluée à 1 500 millions d’euros. En outre, il demande une augmentation immédiate des bourses et des aides au logement.

D’autre part, à travers un tweet, ils ont souligné que la nourriture moyenne pour 1 euro ne pouvait pas profiter aux étudiants car beaucoup ne vivent pas à proximité du campus universitaire et avec les facultés fermées, plus de 50% des restaurants universitaires ne sont pas en fonctionnement.

Avec EFE, Reuters et AFP

gestioninclusive@gmail.com