Economie

Chili: le Parlement discute cette semaine du troisième retrait anticipé de l’épargne-pension

Si le nouveau projet de loi est approuvé, les citoyens pourront à nouveau retirer jusqu’à 10% de leurs fonds de pension. Le gouvernement, qui n’endosse pas l’initiative, prône un changement structurel du système de retraite.

Au Chili, il existe un consensus politique autour de l’idée que vider les fonds de pension n’est pas la meilleure solution à la crise provoquée par la pandémie. Cependant, le projet du troisième retrait d’épargne avance cette semaine au Parlement.

Les législateurs de l’opposition du centre et de la gauche défendent l’initiative en bloc, arguant que le refus du gouvernement de donner le feu vert à un revenu de base universel rend encore plus difficile la situation économique déjà précaire de millions de familles.

Jusqu’à cinq projets de loi ont été soumis au Parlement chilien, ce qui a permis aux citoyens de retirer dix pour cent supplémentaires de leur épargne-retraite, qui a finalement été fusionnée.

Ce mardi, le projet a été discuté en commission des statuts, qui l’a laissé prêt à être renvoyé à la Chambre des députés pour son vote final au Sénat.

Troisième retrait en moins d’un an

Lorsqu’une initiative similaire parvint pour la première fois à la législature, le gouvernement de Sebastián Piñera fut rapidement en désaccord.

En juillet 2020, le président a sanctionné la loi à contrecœur, sous la pression d’une crise naissante qui commençait déjà à frapper fort. A cette époque, 95% des 11 millions d’affiliés en ont bénéficié.

En décembre, une autre retraite a été approuvée, cette fois avec la bénédiction officielle, qui a été appréciée par 7,6 millions de citoyens. Le nouveau retrait n’a pas l’approbation de l’exécutif, qui envisage déjà de faire appel auprès de la Cour constitutionnelle, s’il est approuvé.

France 24
France 24 © France 24

Piñera préconise une réforme structurelle du système de retraite très critiqué, au lieu de continuer à approuver les retraits partiels. La Surintendance chilienne des pensions estime que 4,9 millions d’affiliés seraient à court de fonds si le nouveau projet était achevé.

Avec l’EFE et les médias locaux