Economie

CEPALC: Les femmes d’Amérique latine ont perdu une décennie de progrès en matière de travail

L’organe des Nations Unies estime qu’à la fin de 2020, environ 118 millions de femmes latino-américaines étaient en situation de pauvreté, 23 millions de plus qu’en 2019.

Le taux de chômage des femmes a toujours été plus élevé que celui des hommes en Amérique latine. Mais la situation s’est aggravée avec la pandémie, selon la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

Dans son rapport le plus récent, l’agence a indiqué que le taux de chômage des femmes dans la région était de 12% en 2020. Cette année-là, « il y avait eu un départ retentissant des femmes de la population active, qui, parce qu’elles devaient répondre aux demandes des soins à domicile, ils ne sont pas retournés à la recherche d’emploi. « 

France 24
France 24 © France 24

Dans le même temps, les niveaux de participation des femmes au marché du travail en Amérique latine ont chuté de façon spectaculaire au cours de la même période, à 46%, contre 69% pour les hommes. Ce taux mesure le pourcentage de la population en âge de travailler (à la fois occupée et sans emploi).

Ce résultat impliquait, selon la CEPALC, que 23 millions de femmes latino-américaines sont entrées dans une situation de pauvreté en 2020, pour clôturer l’année à 118 millions.

Selon le document, 56,9% des femmes d’Amérique latine sont employées dans des secteurs dans lesquels un effet négatif plus important est attendu en termes d’emploi et de revenus en raison de la pandémie.

« Le travail domestique rémunéré, par exemple, qui se caractérise par une grande précarité et l’impossibilité d’être effectué à distance », a déclaré Alicia Bárcena, secrétaire exécutive de la CEPALC.

En 2019, avant la pandémie, 11,1% des femmes employées étaient engagées dans un travail domestique rémunéré, mais après la crise, les niveaux d’emploi dans le secteur ont baissé de 24,7% au Brésil, de 46,3% au Chili, 44,4% en Colombie, 45,5% au Costa Rica, 33,2% au Mexique et 15,5% au Paraguay.

Avec EFE

gestioninclusive@gmail.com