Attal évite de désigner les responsables de l'attaque contre le porte-parole du gouvernement français : "Je cherche l'unité"

Le Premier ministre français et candidat du parti au pouvoir aux élections, Gabriel Attal, a assuré ce jeudi qu'il n'entendait pas « pointer du doigt » l'agression dont a été victime la porte-parole du gouvernement, Prisca Thévenot, et plusieurs membres de son parti. la veille.

« Je recherche la paix et l'unité entre les Français », a déclaré Attal, qui accompagnait Thévenot ce jeudi dans la circonscription des Hauts-de-Seine, à l'ouest de Paris, pour laquelle elle se présente. « Ces attaques et agressions sont d'une lâcheté insupportable », a déclaré Attal aux médias.

« Comme il est lâche d'attaquer des gens qui maintiennent la démocratie en vie, qui ne font rien d'autre que faire campagne, convaincre les citoyens de voter, débattre des projets, des mesures et des priorités pour le pays », a-t-il déclaré.

« Je demande à tous les Républicains de se tenir entre ces attaques » et de « se condamner mutuellement de manière explicite et ferme. Nous avons la responsabilité d'être extrêmement clairs sur cette question », a déclaré Attal, qui a également condamné l'attaque subie par un élu de 77 ans. candidat. Isère années où il postait des affiches.

Attal a insisté sur le fait que les désaccords sont légitimes en démocratie mais doivent être résolus par le débat et les paroles. « Il faut toujours se distancer de la violence physique », a-t-il souligné.

De son côté, Thévenot a expliqué qu'elle était encore « un peu choquée » par ce qui s'est passé, mais qu'elle poursuivra malgré tout sa campagne et a prévenu que la « violence symbolique des mots » a été rapidement remplacée par la violence physique.

« Je remercie le Premier ministre d'être présent et de m'avoir appelé hier soir », a déclaré le porte-parole du gouvernement. « Il ne faut pas s'habituer à cette violence. Nous sommes des élus à portée de cris, mais jamais à portée de coups », a-t-il déclaré.

Thévenot et son équipe de campagne ont été victimes d'une agression perpétrée par une dizaine de personnes alors qu'ils posaient des affiches électorales à l'approche du second tour des élections qui se tiendra ce dimanche 7 juillet. Les mobiles n'ont pas été officiellement établis et l'enquête est en cours.

A lire également